Chez soi

Les coulisses du tournage du spot TV d’AXA-ARAG: quel est le point commun entre un alpaga et une assurance de protection juridique?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager par e-mail

Une campagne publicitaire est lancée cet automne pour la nouvelle assurance de protection juridique modulaire d’AXA-ARAG. Elle se compose notamment de brefs spots destinés aux les réseaux sociaux, écrits et interprétés par Alex et Robin, qui font partie de l’équipe vidéo d’AXA. Et avec un adorable alpaga qui vole la vedette aux deux jeunes vidéastes. 

Tout d’abord, la question la plus importante est pour Robin: comment s’appelle la star du nouveau spot d’AXA-ARAG?

Robin (en souriant): Robin, bien évidemment. Les deux autres ont pour noms Alex et Pablo.

Alex (qui roule des yeux): Cette star toute douce et sympathique a été baptisée du nom de son grand-père Pablo, Pablo n’étant que la forme abrégée de son nom. En entier, elle répond au doux nom de Pablo Maria Fernando Emiliano Antonio Hans Meier.

Alex, d’où vous est venue cette idée de tourner avec un alpaga? L’alpaga et la protection juridique ont peu de choses en commun, à première vue.

Comme les flamants roses et les licornes, les alpagas sont à l’heure actuelle des animaux qui ont la cote. Sachant qu’il était difficile de se procurer rapidement un flamant rose, à plus forte raison une licorne, nous avons opté pour un alpaga. Par ailleurs, nous avions toujours rêvé de caresser un jour un alpaga.

Y a-t-il eu un casting? Comment avez-vous déniché Pablo et pourquoi a-t-il été finalement retenu? 

Robin: En cherchant sur Google, nous sommes tombés sur la famille Zollinger et son élevage d’alpagas. Lors du casting, nous avons vu au moins trente animaux. Malheureusement, le plus gracieux, le plus mignon et le plus doux de tous avait déjà été réservé, et nous nous sommes donc rabattus sur Pablo. Mais après coup, nous avons été ravis d’avoir fait ce choix: Pablo est un talent à l’état pur et il a vraiment quelque chose de spécial: pour son premier film, il a passé avec succès son examen d’entrée.

Comment Pablo est-il arrivé sur les lieux du tournage?

Alex: La famille Zollinger était vraiment sympa et nous a prêté sa maison pour le tournage. Pablo a donc ainsi pu évoluer dans son environnement habituel. Bien qu’en temps normal, il ne reste pas dans la maison.

Comment s’est-il comporté sur le plateau? Était-il à l’aise ou plutôt capricieux?

Robin: C’était une vraie diva sur le plateau. Mais j’ai déjà l’habitude avec Alex, et je savais donc comment je devais supporter ses caprices. Les alpagas sont des animaux très curieux et sympathiques, et il est facile de travailler avec eux. Mais ils sont aussi parfois bornés et n’en font qu’à leur tête. Le deuxième jour de tournage, Pablo n’avait soudain plus envie. Rien à faire, il refusait de coopérer. Nous avons dû interrompre le tournage et le reprendre un autre jour.

Alex: Rien d’étonnant à cela! Comme tu n’arrêtais pas de te mettre au premier plan, notre diva à la fourrure en a eu assez. Et le lendemain, les choses n’ont pas été plus simples. Il nous a reconnus de loin et a senti que le travail l’attendait. Il a fallu faire preuve de persuasion et le soudoyer à grand renfort de biscuits pour qu’il nous accorde deux heures de son temps précieux.

À quoi doit-on faire attention lorsqu’on tourne un film avec un animal? Quelles sont les instructions à suivre?

Alex: Les tournages avec des enfants ou avec des animaux sont toujours les plus difficiles. On ne sait jamais ce qui va se passer. Ils sont d’humeur changeante, et d’une seconde à l’autre ils sont capables de te faire comprendre: «ça suffit, ne me parlez plus de films maintenant. Je veux juste jouer au foot, manger des bonbons ou – dans le cas de Pablo – simplement compter les mouches au plafond.»

Sinon, nous avons vraiment veillé à ce que l’animal ne soit pas stressé et à faire suffisamment de pauses. 

Pouvez-vous nous dévoiler quelques détails sur la vie privée de Pablo? 

Alex: Pablo est un alpaga à la fois bohème et hédoniste, un vrai épicurien. Seule l’herbe la plus verte et l’eau la plus claire sont assez bonnes pour lui. Sur son âge, pas un mot. Ça reste un secret. Ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que c’est un célibataire heureux. Il ne souhaite pas encore s’engager, car il veut d’abord parcourir le monde et aller retrouver ses proches dans le Machu Picchu. 

Est-ce qu’un alpaga – ou tout autre animal– peut être nommé pour un prix cinématographique?

Robin: Oui, les meilleures performances animales sont primées. Jusqu’en 1986, il y avait les Patsy Awards. Le chien Lassie, Flipper le dauphin, la guenon Judy de la série Daktari et le chat roux d’Holly Golightly dans le film «Diamants sur canapé» sont tous des animaux primés. Il existe maintenant les Pawscars. Nous allons leur proposer les films d’AXA-ARAG et espérons que Pablo sera nommé et, qui sait, rapportera un prix en Suisse. Il faut voir grand, mais commencer petit! 

Dernière question: y aura-t-il une suite avec Pablo? 

Alex: Depuis le tournage, Pablo a été vendu à un nouveau propriétaire. Il n’y aura donc malheureusement pas de suite.

Nous prévoyons toutefois un film du même genre avec Charles de Carpentier, un flamant rose de la noblesse camarguaise, ou avec la licorne Bryndis Petersdóttir, que l’on aperçoit régulièrement dans l’ouest de l’Islande. Les négociations sont en cours. 

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données