Chez soi

Fraude à l’acompte: prudence lors de l’achat d’un animal sur Internet

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager par e-mail

Sur Internet, on trouve de très nombreux sites qui vendent des chiots de race à des prix avantageux. Labrador, border collie, carlin: les boutiques frauduleuses offrent souvent un très large choix et livrent même à domicile depuis l’étranger. Notre cliente Fabienne Moser en a fait l’amère expérience après avoir acheté un chiot terrier sur un faux site de vente d’animaux: elle a versé un acompte et reçu une deuxième demande d’argent, mais son petit chien n’est jamais arrivé.

Fabienne Moser*, une cliente d’AXA, rêvait depuis longtemps d’avoir un chien. Le jour où elle s’installe dans une petite ville pour raisons professionnelles, cette technicienne dentaire se dit que c’est le moment. En cherchant des éleveurs de chiots sur Internet, elle trouve un site dont l’offre et la présentation lui plaisent immédiatement. L’ensemble est conçu de manière professionnelle, avec un grand soin du détail: des dizaines de photos de mignons chiots, tous prétendument vaccinés et bien décrits, font fondre le cœur de la trentenaire.

«J’étais étonnée du nombre de ces adorables animaux proposés sur le site», raconte-t-elle. Mais cet immense choix n’éveille nullement sa méfiance. Pendant plusieurs semaines, elle passe des heures à parcourir le site, avant de choisir Lulu, un Yorkshire terrier au poil fauve doré et aux grands yeux sombres.

900 euros d’acompte pour un terrier

Ravie et impatiente, Fabienne Moser règle l’acompte de 900 euros demandé. «Le service clientèle m’a fait bonne impression et la communication se passait bien», indique-t-elle. Une fois le virement effectué, elle discute à plusieurs reprises sur WhatsApp avec le soi-disant interlocuteur du magasin: «Il m’a notamment fourni des informations détaillées sur le caractère et le statut vaccinal de Lulu». Fabienne Moser a hâte d’accueillir son chiot: panier, écuelle et aliments sont prêts.

«J’étais totalement éprise de ces chiots et je voyais tout en rose, alors que certains signaux auraient dû m’alerter bien plus tôt»

Fabienne Moser, cliente d’AXA

Pas de chiot, mais une nouvelle demande de paiement

Cinq semaines plus tard, ce n’est pas le chiot, mais un message WhatsApp inquiétant qui lui parvient. «Les vendeurs me demandaient un nouveau virement de 500 euros pour le transport. Autrement, affirmaient-ils, Lulu risquait de mourir de soif pendant son voyage vers la Suisse», raconte Fabienne Moser. Elle commence alors à se méfier, car il n’avait jamais été question de ce paiement auparavant. Au lieu de régler la somme, elle appelle AXA.

L’assurance Cyber couvre le dommage

Heureusement, environ un an plus tôt, Fabienne Moser avait conclu une assurance Cyber à la suite d’une mésaventure: sa carte de crédit avait été piratée et la banque avait refusé de prendre en charge le dommage. AXA a recherché la fausse boutique en ligne, a aidé la cliente à modifier ses mots de passe et à bloquer ses cartes de crédit et a entièrement pris en charge le dommage, déduction faite de la franchise.

*Le nom, connu d’AXA, a été modifié à la demande de la cliente.

Cinq questions à Delia Moore, responsable du service clientèle pour les services de cyberprévention d’AXA

Comment fonctionne la fraude à l’acompte?

Dans le cas de la fraude à l’acompte classique, la marchandise proposée n’existe pas réellement. Ainsi, dans notre exemple, les cybercriminels n’ont jamais été en possession du chien: ils ont simplement publié des photos de chiots et réclamé des acomptes. Cet argent a atterri directement dans la poche des escrocs, sans qu’il ait jamais été possible pour notre cliente d’obtenir l’un de ces animaux.

Quels signaux doivent alerter?

Ne versez jamais d’argent, sous quelque forme que ce soit, avant d’avoir reçu la marchandise. Surtout quand il s’agit de prétendus frais supplémentaires. Des frais de livraison ou de douane sont souvent prétextés, mais le véritable objectif est d’inciter les victimes à verser une ou plusieurs avances. Les personnes attendent ensuite leur commande en vain, et l’argent est irrémédiablement perdu.

Qu’est-ce qu’une fraude à l’acompte?

On appelle fraude à l’acompte toute forme de fraude lors de laquelle la victime doit verser un acompte pour obtenir un produit ou un service.

Comment avez-vous aidé madame Moser?

Pour commencer, nous avons examiné le dossier: nous avons vérifié l’URL, les conversations WhatsApp, le numéro de téléphone et l’aspect général du site. La cliente, quant à elle, a porté plainte auprès de la police locale.

Nous avons en outre offert à madame Moser un soutien psychologique et l’avons conviée à un entretien de prévention afin d’éviter de futurs cas. Nous l’avons aidée à changer ses mots de passe, à bloquer ses cartes de crédit et à en demander de nouvelles. Par ailleurs, nous avons coordonné avec elle la déclaration de sinistre auprès de ses banques et installé ensemble notre plugin pour navigateur. Grâce à ce dernier, elle sera désormais prévenue dès qu’elle accédera à un site Internet frauduleux. Enfin, nous avons couvert le préjudice financier, après déduction de la franchise.

La fausse boutique existe toujours. Comment est-ce possible?

Des sites frauduleux peuvent continuer à exister pour diverses raisons. Tout d’abord, ils sont parfois difficiles à identifier: il faut qu’une personne attire l’attention des autorités sur les activités frauduleuses pour que des mesures puissent être prises.

Ensuite, il faut parfois un certain temps avant que les autorités ou les fournisseurs d’accès Internet ne se rendent compte de ces agissements et cherchent à y remédier. C’est pourquoi il est important de signaler les sites Internet suspects afin de protéger d’autres internautes et de soutenir les autorités dans la lutte contre la cybercriminalité. L’assurance Cyber d’AXA coopère avec ScamAdviser: nous signalons les pages suspectes à cette société afin de compléter sa liste noire de fausses boutiques.

La police peut également agir contre les sites Internet frauduleux. En collaboration avec des fournisseurs d’accès Internet et d’autres instances, elle peut prendre des mesures pour combattre ces cyberescroqueries: blocage ou suppression des pages concernées, ou encore poursuites pénales à l’encontre des responsables. Nous recommandons donc à notre clientèle de toujours signaler les sites suspects à la police locale pour que celle-ci puisse réagir en conséquence.

  • Teaser Image
    Comment détecter les fausses boutiques

    Derrière certains commerces en ligne se cachent des cybercriminels dont le but est d’escroquer les internautes. Notre experte vous explique comment détecter ces fausses boutiques.

    En savoir plus

Comment les mesures de cyberprévention protègent-elles contre les commerces frauduleux en ligne?

Les clientes et les clients qui ont souscrit une assurance Cyber d’AXA reçoivent, dans le cadre du module Achats en ligne, un outil simple à installer dans leur navigateur qui les avertit lorsqu’ils se rendent sur des pages Internet frauduleuses. S’ils ont des questions ou des doutes, ils peuvent en outre s’adresser au service à la clientèle d’AXA. Qui plus est, nous leur envoyons régulièrement des messages d’alerte sur les nouvelles arnaques. Notre priorité: garantir à notre clientèle un maximum de sécurité sur Internet. L’assurance Cyber d’AXA avec services de prévention vous offre des informations détaillées et une protection complète, pour que vous puissiez naviguer librement et en toute sérénité dans le cyberespace.

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients GaragenHub S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA