myAXA Login
En déplacement

Les véhicules connectés de l’avenir

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

L’interview d’Andreas Schumacher, expert du service Recherche accidentologique et Prévention d’AXA, vous en apprendra davantage sur l’importance des véhicules connectés, les possibilités et les risques qui y sont liés, les nouvelles technologies ainsi que leurs implications pour les futures offres des assureurs.

Qu’entend-on par «véhicules connectés»?

Du point du vue des technologies de l’information, ils relèvent d’une technologie entrant dans le domaine de l’«internet des objets». Ce qui est déterminant en la matière, c’est la capacité du système du véhicule à se connecter à des réseaux internes et externes. "Les réseaux internes correspondent aux différents équipements du véhicule lui-même (capteurs, freins, navigation, clignotants, etc.), et les réseaux externes, à Internet par exemple. Depuis l’introduction du système d’appel d’urgence eCall en mars 2018, tous les véhicules neufs produits dans l’UE sont connectés.

Quels avantages présente cette évolution pour ma sécurité en tant que conducteur et pour l’offre future des compagnies d’assurance?

Le conducteur bénéficie de nombreux avantages. Sur son smartphone, il a directement accès à des informations utiles sur l’état du véhicule, et il peut observer et améliorer son comportement au volant selon l’étendue des fonctions de son application. Parallèlement, cette technologie revêt un grand potentiel pour diverses prestations qui contribuent à augmenter la sécurité dans la circulation routière. En tant qu’assureur, nous proposerons à nos clients disposant d’un véhicule automobile de nouveaux services ciblés en matière de mobilité, qu’ils pourront activer et utiliser à tout moment sur leur smartphone, par exemple la possibilité de fixer la date et l’heure du prochain service au garage via un système de réservation en ligne.

Que fait AXA dans ce domaine?

En collaboration avec la start-up munichoise ThinxNet, AXA teste actuellement l’offre pour véhicules connectés «ryd» (en anglais: ride) auprès de 500 clients pendant six mois. Le conducteur peut non seulement consulter quand il le souhaite le niveau de la batterie ou du réservoir d’essence, mais aussi obtenir des informations sur les trajets effectués, sa conduite au volant et bien d’autres renseignements. Cette phase pilote doit révéler dans quelle mesure les fonctions de l’application répondent aux besoins réels.

Où mes données sont-elles enregistrées et qui peut y accéder?

Pendant notre période de test, le conducteur est le seul à recevoir ces données. Elles sont enregistrées sur un serveur de ThinxNet en Allemagne. AXA n’y a pas accès. Au sein de la société ThinxNet, seuls peuvent les consulter les collaborateurs qui en ont besoin pour exercer leurs activités (p. ex. service d’assistance). Mais les données concernant la conduite sont séparées sur les plans technique et organisationnel des données permettant d’identifier directement les personnes concernées (p. ex. adresse e-mail, données de commande). L’accès requis à des fins techniques et d’évaluation est ainsi limité aux seules informations portant sur la conduite.

Les systèmes informatiques sont toujours exposés à des attaques. Que se passera-t-il si celui du véhicule est piraté?

Il n’y a aucun danger pendant la période de test de ryd. La box de ce système ne reçoit que des données provenant du véhicule et n’est pas en mesure de lui envoyer elle-même des informations. Néanmoins, tout conducteur d’une voiture récente doit être conscient du fait qu’il n’y a pas de sécurité absolue dans un monde numérique, du moins pas là où le numérique est déjà fortement implanté.

Que faut-il attendre dans ce domaine à l’avenir? Pourrai-je appeler ma voiture au moyen d’une application?

Dans 10 à 15 ans, la grande majorité des véhicules seront connectés. Il y a bien longtemps déjà qu’on a supprimé les prises permettant d’accéder aux données. Celles-ci peuvent être consultées directement à partir du véhicule et utilisées avec l’autorisation de son propriétaire. On peut tout à fait imaginer qu’il sera possible de gérer, à partir d’un smartphone ou d’une smartwatch, bon nombre de fonctions et de services importants concernant un véhicule. 

  • Teaser Image
    Andreas Schumacher

    est expert en accidentologie et prévention. Il rédige des articles sur la sécurité routière et fournit des informations et des conseils en matière de prévention.

Articles apparentés

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données