Nos PME

Apprendre à conduire aux porteurs de handicap

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Adrian Killmann, directeur de l’école de conduite Aare Aemme, a fait de son métier une vocation. Après avoir pris sa retraite en 2017, cet ancien instructeur de l’armée a créé une école de conduite dédiée aux porteurs de handicap. Découvrez pourquoi Adrian Killmann a préféré rempiler, plein d’enthousiasme, plutôt que de profiter de sa retraite. 

Plus d’un million et demi de personnes vivent en Suisse avec un handicap (Office fédéral de la statistique).Pour ces personnes en situation de déficience physique ou neurologique, il est difficile, voire impossible de se déplacer. La question de la mobilité et de la conduite en voiture représente donc un défi tout particulier. L’aptitude à la conduite, les cours spécialisés de conduite ainsi que l’achat (et le financement) d’un véhicule sont les premiers obstacles à surmonter pour gagner en mobilité. 

Adrian Killmann s’est fixé un double objectif: simplifier la procédure et tenir les frais aussi peu élevés que possible pour les apprentis conducteurs porteurs d’un handicap. «Les frais de formation doivent être les mêmes, que la personne souffre d’un handicap ou non», précise Adrian Killmann. Ce point lui tient à cœur, car pour lui, le sourire de ses élèves a souvent bien plus de valeur que l’argent qu’il pourrait percevoir pour ses cours. 

La mobilité ouvre la voie à la liberté

Susaan Santhirakumar fait partie de ces élèves qui lui offrent régulièrement un tel sourire. À 18 ans, ce jeune homme a souhaité passer son permis de conduire. Actuellement, il suit une formation en deuxième année pour devenir assistant de bureau, mais son salaire d’apprenti ne suffisait pas à couvrir tous les frais. Grâce à l’engagement d’Adrian et au soutien financier de sa famille, Susaan a pu exaucer l’un de ses rêves. Il possède maintenant sa propre voiture, adaptée à ses besoins, et cette mobilité lui a apporté la liberté, selon ses propres mots. 

«La mobilité, pour moi, c’est la liberté.»

Susaan Santhirakumar, élève de conduite et porteur d’un handicap

L’attrait des voitures et l’envie de liberté

Susaan présente depuis sa naissance une mobilité réduite. S’il n’utilise pas ses jambes pour conduire, il est d’autant plus habile avec ses bras. «J’ai toujours été attiré par les voitures», affirme-t-il. Une fascination qu’il ne saurait expliquer. Mais dans une voiture, il se sent bien et libre, malgré son handicap. Et depuis qu’il se déplace en voiture, sa vie s’est transformée: auparavant dépendant de l’aide des autres, il conduit maintenant lui-même. Cette mobilité ne lui a pas seulement fait gagner du temps et de l’autonomie, mais aussi de la spontanéité et de la joie de vivre. Susaan aime sortir entre amis, s’amuser. Des choses évidentes quand on a 18 ans mais qui, pour lui, représentent des obstacles et lui réclament beaucoup d’organisation. Susaan y est parvenu avec l’aide de ceux qui l’ont soutenu, et parce qu’il a cru en lui. Car pour avancer, il faut croire en soi. 

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données