Management et finances

Pérenniser l’œuvre d’une vie

Image: Daniel Winkler
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager par e-mail

Les baby-boomers atteignant l’âge de référence (anciennement âge de la retraite), une PME sur sept devra organiser sa succession dans les cinq ans à venir. Gros plan sur la société Hatt Montagen, qui a parfaitement réussi sa passation de témoin grâce à une planification aussi précoce que minutieuse.

Jacqueline Meier et Rolf Hatt étaient au beau milieu de la cinquantaine lorsqu’ils ont commencé à se préoccuper de la transmission de leur société, Hatt Montagen. Depuis la création de l’entreprise en 1990, ils n’ont cessé d’œuvrer à son développement pour en faire un acteur majeur de la construction de tuyaux, d’installations industrielles et de centrales électriques. «Nous lui avons consacré trente années de notre vie, c’est un peu notre bébé. Nous voulions que l’activité perdure après nous», confie l’entrepreneuse.

D’après une récente étude du service d’information économique Bisnode D&B, pas moins de 75 000 dirigeants de petites et moyennes entreprises – soit peu ou prou une PME sur sept – s’apprêtent à passer le relais à la génération suivante en Suisse. Ils sont en effet de la génération des baby-boomers et ont plus de 60 ans. Or, réussir les transmissions d’entreprises est crucial sur le plan macroéconomique, car un mauvais passage de relais peut être synonyme de savoir-faire perdu, de recettes fiscales non engrangées et d’emplois détruits. Sans compter que pour le propriétaire, la liquidation est souvent un drame psychologique, doublé d’un naufrage financier. Et pourtant, la plupart se soucient peu, voire pas du tout de trouver un repreneur.

Plan B: trouver un repreneur externe

Pour Hatt Montagen, la situation a été moins compliquée: ses fondateurs ont pris les devants et fait appel à Stephan Illi de Consulta, une société de conseil en économie et en gestion d’entreprise qui s’est spécialisée dans la transmission des PME et accompagne chaque année 20 à 30 entrepreneurs. Le consultant a trouvé chez Hatt Montagen un terreau très favorable. «Il s’est immédiatement montré très confiant», se souvient Jacqueline Meier. Et ce alors qu’aucun des enfants du couple n’avait exprimé l’envie de reprendre l’affaire familiale. Un cas à vrai dire très fréquent: seules quatre PME sur dix passent à un membre de la famille.

Il a donc fallu se mettre en quête d’un acquéreur externe. À cette fin, Consulta a dressé un état des lieux complet en passant en revue tous les points importants: des assurances et de la prévoyance à la recherche du repreneur, en passant par les questions fiscales et juridiques. Le tout agrémenté d’une petite annonce dans une publication spécialisée, qui n’a pas manqué d’éveiller l’intérêt de Jan Wicki et de Manuel Blatter. 

«Nous ne pouvions pas juste laisser les clés en partant, c’était clair dès le début.»

Jacqueline Meier

Depuis dix ans, les deux compères géraient ensemble une entreprise elle aussi spécialisée dans la fabrication de tuyaux. «Cette reprise nous ouvrait les portes de nouveaux secteurs d’activité», explique Jan Wicki. Une bonne raison, à laquelle Manuel Blatter ajoute une autre: «Je savais que, physiquement, je ne pourrais pas tenir un tel rythme jusqu’à 65 ans.» C’est lui, en effet, qui effectue tous les travaux de soudure – une tâche pour le moins éprouvante.

Une transition en trois ans

Parmi la liste de repreneurs potentiels, Jacqueline Meier et Rolf Hatt ont donc jeté leur dévolu sur eux. «Ils avaient l’expérience requise, sans compter que le courant est tout de suite bien passé entre nous», précise Rolf Hatt. C’est ainsi qu’après mûre réflexion – «après tout ce n’est pas comme acheter une paire de chaussures!», pour reprendre l’expression de Manuel Blatter – la vente a eu lieu au printemps 2020. Depuis lors, Jan Wicki et Manuel Blatter sont propriétaires, et Rolf Hatt et Jacqueline Meier, employés de Hatt Montagen. La phase de transition est néanmoins loin d’être achevée.

«Nous ne pouvions pas juste laisser les clés en partant, c'était clair dès le début», témoigne Jacqueline Meier. Forts d’une trentaine d’années d’expérience, son ex-mari et elle-même maîtrisent parfaitement ces secteurs d’une haute technicité. Ils connaissent aussi personnellement bon nombre de clients. Ils se donnent donc trois ans pour procéder à une transmission en douceur. En commençant notamment à réduire leurs heures de travail dès l’an prochain. 

«La planification de la succession a été un vrai morceau de bravoure», se souvient Rolf Hatt en repensant à tout le temps, l’argent et l’énergie consacrés à ce projet. Mais Jacqueline et lui ne regrettent rien. Ils sont soulagés d’avoir trouvé une solution de nature à pérenniser l’œuvre de leur vie.

Texte original publié dans «Mon Enterprise», le magazine PME d’AXA

 

Mon Entreprise

Créée en 1990 à Brugg (AG), la société Hatt Montagen est spécialisée dans la construction de tuyaux, d’installations industrielles et de centrales électriques. Active à l’international et résolument orientée client, elle s’enorgueillit d’un riche savoir-faire et d’une grande maîtrise des techniques de soudage, conjugués à une extrême réactivité. Elle compte 12 collaborateurs.      

hatt-montagen.ch

 

Trois questions à …

… Stephan Illi, CEO et président de la société de conseil en économie et en gestion d’entreprise Consulta AG.

Stephan Illi, comment les PME planifient-elles leur succession aujourd’hui en Suisse?

Pas moins de 10 000 PME changent de mains chaque année. Environ 30% d’entre elles ne se préoccupent pas de leur transmission: elles sont purement et simplement liquidées après le départ du propriétaire. Sur les 70% restantes, 40% demeurent dans le giron familial et 30% sont vendues à des gérants d’entreprise ou à des tiers.

À quoi faut-il prêter attention lorsqu’on cherche un successeur?

Le plus important, c’est de s’y prendre suffisamment tôt: dans l’idéal, cinq ans avant le départ à la retraite. Vous aurez ainsi le temps de prendre des décisions stratégiques importantes et de trouver la bonne personne. Si vous entamez ce processus trop tard, ce sera au détriment du prix ou d’autres facteurs qui vous tiennent à cœur.

Peut-on tout régler soi-même?

Bien souvent, le successeur est déjà tout désigné, notamment lors de transmissions intrafamiliales. Dans ce cas, l’étape de la recherche du repreneur tombe à l’eau. La planification de la succession n’en reste pas moins un projet complexe, qui demande du temps et de l’énergie. Avoir dès le départ une bonne vue d’ensemble de tous les thèmes à traiter, c’est la garantie d’aborder les choses l’esprit tranquille. Pour certains aspects juridiques ou fiscaux, ou encore la séparation entre fortune commerciale et fortune privée, il est recommandé de faire appel à un professionnel. Consulta offre un accompagnement complet en la matière.

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy