myAXA Login
Santé

Manger sainement: un jeu d’enfant

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Il existe actuellement un véritable engouement autour du «bon» régime alimentaire. Mais il est difficile d’y voir clair dans cette jungle de conseils. Avons-nous perdu de vue notre approche simple et naturelle de l’alimentation?

Manger sainement est dans l’air du temps. Les innombrables régimes et les formes d’alimentation parfois extrêmes donnent lieu à des débats animés sur les médias sociaux. Vegan, paléo, pegan, aliments crus, low carb, jeûne intermittent: si les uns ne jurent que par telle méthode, les autres soutiennent exactement le contraire. Et tous semblent convaincus d’avoir enfin trouvé la solution idéale. Vouloir «bien» manger s’apparente parfois à une croyance religieuse. Le fait que nous puissions aborder la question de l’alimentation avec une telle passion montre à quel point nous allons bien: nous avons suffisamment de temps, d’énergie et d’argent pour améliorer sans cesse notre alimentation. Un luxe réservé à une petite minorité dans le monde.

«Bien» manger à n’importe quel prix?

C’est un fait: lorsqu’on a un emploi, une famille et un agenda bien chargé, on atteint parfois ses limites. Bien s’informer, acheter les bons produits, tester des recettes plus saines: les exigences sont élevées. Nombreux sont ceux qui n’arrivent pas à atteindre leurs objectifs et ne gardent que doutes et mauvaise conscience de cette expérience. Tout cela ne sert à rien, car une alimentation saine n’est pas l’apanage des super-héros. Elle ne doit pas être parfaite, mais simple et adaptée à la vie quotidienne. Et elle peut être différente pour chacun de nous. Si vous êtes actif et en bonne santé, il vous suffit de suivre trois principes simples.

Les trois règles pour une alimentation saine:

  • Éviter les extrêmes. Le mieux est probablement de privilégier une alimentation variée: mangez de tout, mais avec modération. La  pyramide alimentaire montre ce que nous devrions manger et en quelles quantités.
  • Revenir à la nature. Achetez vos produits de base sous leur forme naturelle, de préférence frais et de saison. Si votre budget vous le permet, veillez à la qualité et à l’origine. Conseil: les précieux nutriments sont mieux préservés lorsque les fruits et les légumes sont consommés crus.
  • Prendre le temps de savourer. Manger est plus qu’un simple apport alimentaire. Plaisir et convivialité sont indissociables du bien manger. Alors prenez le temps d’une longue pause et détendez-vous, cela favorisera également la digestion.

Être à l’écoute de son corps

Ce dernier point est particulièrement important. Beaucoup d’entre nous n’écoutent pas les signaux que le corps envoie. Nous nous sentons moins bien, notamment lorsque nous sommes stressés. Le cerveau prend le dessus sur le ventre pour que nous puissions donner le maximum de nous-mêmes. Un mécanisme très utile et très important, mais seulement dans les situations d’urgence. Il ne convient pas à un fonctionnement normal, et ceux qui restent dans ce mode trop longtemps et trop souvent finissent par mettre leur santé en danger. Ces prochains jours, soyez particulièrement attentifs à ce que vous ressentez: la faim, la satiété, la soif, la fatigue, l’envie de bouger, etc. Si vous prenez ces signaux au sérieux, vous vous sentirez rapidement mieux. Vous verrez que votre ventre a plus à vous dire que vous ne le pensez. Et la plupart du temps, il a raison!

L’orthorexie, un trouble de la conduite alimentaire: maladivement sain...

Si vous respectez les trois principes simples énoncés ci-dessus, vous êtes déjà sur la bonne voie: vous vous alimentez de façon équilibrée et raisonnable sans oublier le plaisir de manger, ce qui est essentiel parce qu’après tout, des aliments sains ne sont pas systématiquement synonymes de comportement alimentaire sain. On peut se nourrir de manière exemplaire, mais développer une relation à la nourriture très tendue.
Un terme a même été inventé pour désigner cette obsession d’une nourriture saine: l’ orthorexie. Il sous-entend que tout comportement obsessionnel en rapport avec l’alimentation est un trouble alimentaire. Position du Réseau Expert Suisse Troubles Alimentaires sur ce sujet: «Est-ce que l’orthorexie représente une maladie à part entière ou seulement un mode de vie complexe? Cette question fait actuellement l’objet de controverses.» Les transitions entre sain et pathologique sont fluides et sont souvent difficiles à évaluer de l’extérieur, car ce qui est primordial, c’est ce qui se passe dans la tête.

Nous avons suscité votre intérêt?

Vous avez du mal à manger équilibré? Ou savez-vous garder le contrôle lorsqu’il s’agit d’alimentation? Que vous négligiez votre corps ou que vous le contrôliez trop: dans les deux cas, un conseil professionnel en nutrition peut vous aider. Pour votre bien-être, penchez-vous sur la question.

De nombreuses assurances complémentaires participent aux frais. Les assurances-maladie complémentaires d’AXA par exemple prennent en charge 75% d’une consultation chez un nutritionniste, jusqu’à un montant annuel maximal de 300 CHF (santé ACTIF) ou 500 CHF (santé COMPLET), à condition qu’elle soit assurée par un nutritionniste diplômé. AXA reconnaît également tous les professionnels inscrits au Registre de médecine empirique (RME).

Articles apparentés

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données