Prévoyance

Perte de salaire: comment protéger sa famille?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Le chômage, mais aussi une maladie ou un accident, peuvent entraîner une perte de gain. Or, lorsque l’un des conjoints ne perçoit plus de salaire, les conséquences touchent en général toute la famille. Qu’est-ce que cela signifie pour les proches, et que faire pour y remédier?

Quand l’un des conjoints (personne qui assure le revenu principal) perd son emploi du fait d’une incapacité de gain, que se passe-t-il pour la famille?

Pierre Morel: Peu importe que les partenaires soient mariés ou non, la couverture prévue par la loi est la même: nous avons en Suisse le 1er et le 2e piliers, qui compensent près de 60% de la perte de gain. Si le couple a des enfants communs, une rente d’enfant d’invalide peut s’y ajouter. En cas d’invalidité, la prestation dépend pour beaucoup de la solution LPP souscrite par l’employeur. Si elle ne couvre que le minimum légal, le couple peut s’attendre à une importante baisse de revenu qui l’obligera à réduire sensiblement son train de vie.

Quelles sont les prestations versées en cas de décès de l’un des partenaires?

Les dispositions applicables en cas de décès sont différentes, en ce sens que les partenaires mariés et ceux vivant en concubinage ne sont pas logés à la même enseigne. La rente de veuf ou de veuve dans le cadre du 1er pilier n’est réservée qu’aux couples mariés. Mais ce n’est pas tout: pour avoir droit à une rente, le partenaire survivant doit avoir au moins un enfant à charge ou être âgé d’au moins 45 ans au moment du décès de son conjoint, auquel il doit avoir été marié au moins cinq ans. Les concubins ne sont toutefois pas totalement laissés pour compte: si une déclaration de vie commune a été faite auprès de l’employeur, ils peuvent percevoir une prestation dans le cadre du 2e pilier.

En cas de divorce, le partenaire survivant a-t-il droit à une rente de veuf ou de veuve?

Oui, le partenaire survivant a droit à une rente de veuf ou de veuve dans certains cas. Les conditions en la matière diffèrent selon que la rente relève du 1er pilier (AVS) ou du 2e (LPP). Il est donc primordial de solliciter une analyse personnalisée de sa prévoyance après tout changement de situation familiale. Votre conseiller pourra vous expliquer vos droits et ceux de vos enfants, et vous indiquer, le cas échéant, comment combler des lacunes de prévoyance.

Quelle est la couverture garantie aux enfants qui perdraient l’un de leurs parents?

Les enfants ont droit à une rente d’orphelin dans le cadre du 1er et du 2e pilier, rente qui leur sera versée jusqu’à leur majorité, c’est-à-dire jusqu’à leur 18e anniversaire. Le droit à la rente subsiste jusqu’à la fin de la formation, mais au plus tard jusqu’à l’âge de 25 ans. Cette rente est indépendante des droits du parent survivant. Dans l’hypothèse tragique où leurs deux parents disparaîtraient, les enfants peuvent prétendre à deux rentes d’orphelin.

Quels sont les autres risques financiers qui devraient être couverts par des mesures de prévoyance privée?

Comme je l’ai déjà dit, il faut garder en tête qu’une rente d’invalidité ne représente que 60% du dernier salaire. Si vous avez acheté votre logement, il est possible que la rente ne suffise pas pour faire face aux dépenses courantes dans ce domaine. Une assurance de rente en cas d’invalidité souscrite à titre privé vous garantirait un revenu permettant de couvrir ces dépenses et conforme aux directives régissant votre emprunt hypothécaire. La prévoyance privée peut également s’avérer très utile pour vos proches en cas de décès. Il existe par exemple des produits de prévoyance qui garantissent que les enfants puissent poursuivre leurs études et honorer d’autres engagements financiers.

  • Teaser Image
    Pierre Morel

    est responsable de l’Agence générale Prévoyance et Patrimoine à Lausanne. Il répond à toutes les questions relatives à la prévoyance vieillesse et donne de précieux conseils quant aux moyens de couvrir au mieux sa famille.

    En savoir plus

Quelle est la couverture offerte par les piliers 3a et 3b?

  • Le 3e pilier, constitué par la prévoyance privée, vient compléter le 1er pilier (prévoyance publique) et le 2e pilier (prévoyance professionnelle). Facultatif, il se compose des piliers 3a et 3b.
  • La prévoyance liée (3a) est une prévoyance vieillesse à long terme qui permet de bénéficier d’avantages fiscaux pouvant atteindre 2000 CHF par an. De plus, le versement final n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu réglementaire, mais est imposé à un taux plus avantageux.
  • Un salarié peut actuellement verser chaque année jusqu’à 6768 CHF dans le pilier 3a.
  • Le pilier 3a a été conçu comme un instrument à long terme visant à maintenir le niveau de vie à la retraite ou à couvrir les risques financiers liés à une incapacité de gain.
  • La prévoyance libre (3b), plus souple, n’est pas réglementée en termes de durée et n’est soumise à aucune prescription légale pour ce qui est des versements, de la disponibilité et de la clause bénéficiaire. Elle offre des avantages fiscaux sous réserve du respect de certaines conditions.
  • Le montant des versements dans le pilier 3b n’est pas limité, et leur fréquence peut elle aussi être choisie librement. L’épargnant peut choisir et modifier à sa guise les bénéficiaires en cas de décès.
  • Le pilier 3b peut être utilisé pour combler des lacunes de prévoyance ou servir de socle pour la constitution d’un capital. 

 

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données