myAXA Login
Prévoyance

Que faire en cas d’avalanche?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Les avalanches sont extrêmement dangereuses et savoir comment réagir peut décider de la vie ou de la mort. Si vous êtes pris dans une avalanche, le facteur temps joue un rôle capital. Dans notre expérience, Alex Wegmann, collaborateur d’AXA, a été enseveli sous des masses de neige, sous la supervision de Norbert Fischbacher, spécialiste des avalanches. La vidéo montre ce qu’il a appris et comment se comporter après une coulée de neige.

Entretien avec le spécialiste des avalanches

  • Teaser Image
    Norbert Fischbacher

    Norbert Fischbacher, spécialiste des avalanches, est guide de montagne et vit dans la région du Toggenbourg.

 

Monsieur Fischbacher, le freeride est-il passé d’un sport marginal à un sport à la mode?

«Dans ma région du Toggenbourg, la zone sur laquelle le freeride peut être pratiqué est restreinte. Ailleurs, je remarque une augmentation. D’une manière générale, j’observe qu’en Suisse, de plus en plus de personnes s’adonnent au hors-piste. Je suppose que les vidéos qui tournent dans les médias et dans les magasins d’articles de sport y sont pour quelque chose. Ce qui m’inquiète davantage, c’est que les gens ont de plus en plus tendance à faire du hors-piste dès le degré 3 d’avalanche. Souvent, ils sous-estiment le danger.»

Est-ce qu’un guide de montagne doit toujours m’accompagner, même si je suis un adepte expérimenté des sports de neige?

«Avoir un guide de montagne avec soi présente de nombreux avantages parce qu’il connaît les risques et les conditions qui règnent dans sa région. Le plus important, toutefois, c’est de ne pas s’aventurer tout seul. La présence d’une autre personne peut changer la donne et en tout cas augmenter grandement les chances de survie d’une personne ensevelie. Les 15 premières minutes sont décisives. Quand une victime est retrouvée et dégagée dans ce laps de temps, ses chances de survie sont de 90%. Passé ce délai, la probabilité de survie diminue considérablement. Il s’engage alors une course contre la montre pour les équipes de sauvetage professionnelles.»

 

«Les 15 premières minutes sont décisives. Quand une victime est retrouvée et dégagée dans ce laps de temps, ses chances de survie sont de 90%. »

Norbert Fischbacher, 50 ans, spécialiste des avalanches

Comment se préparer au mieux à une sortie dans la neige?

«La meilleure chose à faire est de ne pas partir seul, de se renseigner sur les prévisions météorologiques et d’être bien équipé, c’est-à-dire d’avoir par exemple un sac à dos d’avalanche, un détecteur de victimes d’avalanche et une pelle. De plus, il est utile de se renseigner sur les conditions de sécurité auprès de personnes compétentes comme un guide de montagne, le service des pistes ou les écoles de ski afin de se faire une idée de la situation en dehors des pistes.»

Qui est responsable en cas d’accident?

«Faites appel à un guide de montagne qui puisse attester de ses qualifications. Grâce à son expérience, il saura vous guider en évitant les risques. En outre, cela résout généralement la question de la responsabilité, car les guides de montagne disposent d’une assurance responsabilité civile privée et professionnelle. Toutefois, cette assurance ne le protège pas, lui et son groupe, des conséquences d’une négligence grave.»

La raquette à neige est la nouvelle tendance de la randonnée en hiver. Est-ce une pratique particulièrement dangereuse?

«Il y a un grand travail de prévention à effectuer dans ce domaine. En effet, beaucoup de gens pensent que c’est comme la randonnée pédestre et qu’il suffit de chausser les raquettes pour s’élancer en pleine nature. Cela devient dangereux quand les randonneurs se promènent en forêt. Parce qu’une forêt ne protège pas des avalanches. Même à la fin de l’hiver, lorsque les températures remontent et que la neige devient de la soupe, les risques sont importants, surtout dans les rigoles et dans les creux. Souvent, les sauveteurs ont du mal à trouver les victimes parce que les marcheurs en raquettes sont mal équipés.»

Plus d’informations sur les avalanches:

Articles apparentés

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données