Collaborateurs et prévoyance

Une volonté à toute épreuve

Image: Raffael Waldner
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager par e-mail

Touché de plein fouet, en août 2017, par un coup du sort qui abouleversé sa vie, José Di Felice n’a pas baissé les bras. Grâce aux soins de sa compagne et à une pugnacité sans faille, il s’est battu pour retrouver une vie – presque – normale. 

 

  • Teaser Image
    Mon entreprise

    Texte original publié dans «Mon Enterprise», le magazine PME d’AXA.

    EDITION ACTUELLE

Épicurien, homme d’affaires, globe-trotteur, skippeur, biker, José Di Felice croque la vie à pleines dents. À 49 ans, il la vit à 100% et toujours à 100 à l’heure. Nul ne s’étonnera donc qu’à peine rentré de ses vacances en Italie, il n’hésite pas à enfourcher sa bécane, à l’invitation d’un ami, pour participer à un entraînement de deux jours sur le circuit de moto de Dijon. Le temps de régler quelques formalités administratives pour son entreprise, La Peppina, et le voilà reparti!

Un mauvais pressentiment

Le premier jour se déroule normalement. José maîtrise bien le tracé en dépit du mauvais pressentiment ressenti la veille au soir à l’hôtel et dont il a fait part à sa compagne, Manuela, au téléphone. Le deuxième jour également, il se sent bien au moment d’enfourcher sa moto. La visite surprise de Manuela, arrivée le matin même après un trajet en train puis en taxi, lui donne des ailes. Elle se tient à ses côtés à la sortie des stands.

Satisfait de sa prestation et prêt à finir l’entraînement en beauté, José entame déjà le tour de récupération. «En réalité, j’aurais pu arrêter un tour plus tôt, raconte-t-il, mais je voulais encore faire refroidir un peu les freins avant de couper le moteur.» Et c’est là que se produit le drame: dans l’avant-
dernier virage – un virage à droite, il s’en souvient très bien – la roue avant dérape. La moto se met alors à zigzaguer et finit par faire plusieurs tonneaux. José est projeté en l’air et retombe en heurtant si violemment le sol que la visière de son casque saute. Il se dit d’abord: «Ouf, j’ai eu de la chance, rien de cassé.» Mais impossible de se relever. Il comprend alors que c’est sérieux.

Un premier diagnostic indécis

Manuela Sala est encore dans les stands, mais elle sent très vite qu’il s’est passé quelque chose: José met trop de temps à boucler le tour. Bientôt, elle aperçoit la moto, en miettes. «Sur le moment, j’ai cru qu’il était mort», se souvient la jeune femme de 38 ans. Sous le choc, elle se précipite à l’infirmerie où les secouristes dispensent les premiers soins à son compagnon. «Chérie, il faut que tu t’occupes des commandes et des coups de fil, la boîte doit continuer de tourner», balbutie José. Il est en hyperventilation et respire difficilement. L’accident a eu lieu le 2 août 2017. Une date fatidique, qui marquera pourtant une deuxième naissance pour l’entrepreneur.

Peu de temps après, José se retrouve aux soins intensifs d’un hôpital de Dijon, sanglé sur son lit pour éviter tout mouvement: il s’est brisé la nuque en tombant et doit impérativement être stabilisé. Pour l’instant, personne n’est en mesure d’évaluer précisément la gravité de ses blessures ni de lui dire s’il retrouvera sa mobilité. Manuela est restée auprès de lui. Elle veille nuit et jour à son chevet, informe la famille et les proches et pare au plus pressé pour l’entreprise. Dans cette tâche, elle peut compter sur le soutien du Care Management d’AXA Suisse. Giuseppe Giunta, le Case Manager, organise immédiatement le rapatriement de José en Suisse par hélicoptère. Quatre jours plus tard, la Rega le dépose au centre des paraplégiques de Nottwil, où des examens complémentaires sont pratiqués.

«Faire tourner la boutique», coûte que coûte

«Le plus dur, c’est l’incertitude du début, ne pas savoir si cet état va perdurer», raconte José. D’emblée pourtant, une chose est sûre: La Peppina doit poursuivre ses activités. Depuis les soins intensifs, il convoque son équipe de distribution pour dicter ses instructions. «Les médecins m’ont pris pour un fou», confesse-t-il dans un grand éclat de rire. Manuela prend temporairement la tête de l’entreprise. Chaque matin, elle téléphone à José et, ensemble, ils passent en revue le planning de la journée. Pour assumer la direction de La Peppina et les responsabilités qui vont de pair, elle a dû démissionner de son travail. Aujourd’hui, elle ne saurait dire comment elle est parvenue à tout gérer en même temps. «Au début, on fonctionne au jour le jour, sans trop se poser de questions.»

Pendant qu’à l’extérieur, Manuela s’emploie à maintenir sur les rails l’œuvre de sa vie, José, à Nottwil, se concentre sur sa guérison. Le diagnostic tant redouté est malheureusement confirmé: José est tétraplégique. La lésion de la moelle épinière est telle qu’il restera paralysé de la vertèbre cervicale C5 jusqu’aux orteils. Pendant neuf mois, ce diplômé de commerce va réapprendre à respirer, à parler, bref, à prendre son destin en main. Chaque jour est un nouveau défi, mais il se bat avec acharnement. «Bien sûr, j’ai beaucoup douté. Il y a eu des jours sans, où j’avais envie de tout abandonner.» Mais sa volonté est plus forte: «Au fond de moi, je n’ai jamais cessé d’y croire. Je savais que je parviendrais à reprendre la direction de mon entreprise malgré les obstacles. Pas une seconde je n’ai envisagé une reconversion.»

Un soutien externe bienvenu

Témoin de cette ténacité de tous les instants, Giuseppe Giunta, notre Case Manager, confirme que la joie de vivre et l’optimisme débordant de José l’ont ramené à la vie. Présent aux côtés de José et Manuela depuis le premier jour, Giuseppe les aide à surmonter chaque difficulté: «En marge du suivi médical, il y a beaucoup d’aspects à régler, que ce soit sur le plan financier ou matériel: le patient va-t-il pouvoir réintégrer son logement? Aura-t-il besoin d’une aide-
ménagère? Qui en supportera les frais? Etc.» Beaucoup de patients se sentent vite débordés face à toutes ces questions et sont bien contents qu’un professionnel s’en charge, explique notre Case Manager, fort de ses 30 années d’expérience. Et Manuela de confirmer: «Personne n’est prêt à affronter pareille situation. Au début, on se sent complètement livré à soi-même, et toute aide est la bienvenue. Giuseppe nous a été d’un grand secours dès le premier jour. Nous pouvions l’appeler de jour comme de nuit lorsque nous n’arrivions plus à faire face.»

Une parcelle de liberté

C’est donc également avec l’aide de Giuseppe que José a retrouvé une grande part de mobilité. Grâce à son feu vert financier, contact a pu être pris avec une start-up de Winterthur, Scewo, coconceptrice en 2018 avec l’EPF de Zurich d’un fauteuil roulant révolutionnaire capable de monter les escaliers. En juillet 2020, José a été l’un des tout premiers patients à recevoir un prototype du Scewo Bro, qu’il teste depuis lors dans toutes les situations possibles: «C’était un sentiment de liberté absolue! Enfin, je n’avais plus à vérifier d’abord sur Google si je pouvais accéder à tel café ou tel magasin. J’ai même pu retourner en vacances en Italie!»

Grâce à son fauteuil roulant et à une opération complexe de la main gauche, qui lui a permis de recouvrer sa capacité de préhension, José peut aujourd’hui se déplacer avec une relative liberté. «Ma vie est bien sûr semée d’embûches, et j’ai parfois le moral dans les chaussettes. Mais je suis heureux d’avoir survécu à cet accident et je m’efforce de voir le côté positif de toute chose.» Et même si le quotidien n’est pas rose tous les jours, José continue de croquer la vie à pleines dents. Un peu moins vite certes, mais toujours avec des projets plein la tête!  

  • Teaser Image
    WeCare: Gestion de la santé dans l’entreprise

    WeCare est votre meilleur allié pour veiller au bien-être de votre personnel, à travers la prévention et une aide rapide en cas d’urgence.

    En savoir plus sur WeCare

L'entreprise

Créée en 2009, La Peppina commercialise de savoureuses spécialités méditerranéennes, et plus spécifiquement italiennes. Faits maison pour la plupart, ses produits de qualité garnissent les rayons des magasins spécialisés tels qu’épiceries fines, oenothèques et autres boutiques pour la maison. Située à Laupen (BE), l’entreprise emploie 12 collaborateurs.

 

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy