Mobilité

Le boom du vélo électrique entraîne une hausse du nombre d’accidents

Image: Keystone
Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Un vélo équipé d’un moteur facilite la montée des côtes. Mais la mode du vélo électrique a aussi ses revers. 

Depuis quelques années, les vélos électriques connaissent un véritable boom en Suisse. À l’approche du printemps, leurs ventes devraient encore augmenter. Et la clientèle se diversifie: si les vélos électriques étaient jadis surtout appréciés des personnes âgées, de plus en plus de jeunes utilisent désormais régulièrement ce moyen de transport pour leurs déplacements professionnels. D’après une enquête menée par AXA en 2018, près de la moitié des utilisateurs de vélos électriques interrogés prennent leur deux-roues motorisé pour se rendre au travail.

L’utilisation croissante des vélos électriques s’est aussi traduite par une hausse exponentielle des accidents impliquant ces véhicules. «Aucun autre moyen de locomotion n’a affiché une progression annuelle aussi forte du nombre d’accidents que le vélo électrique», affirme Bettina Zahnd, responsable Recherche accidentologique & Prévention chez AXA. Rien qu’en 2017, la police a recensé 820 conducteurs de vélos électriques accidentés sur les routes suisses, dont 589 blessés légers et 224 blessés graves. Sept d’entre eux ont même perdu la vie (OFROU). 

Plus lourds et plus rapides

D’après le Bureau de prévention des accidents (bpa), la fréquence des accidents dans lesquels les conducteurs de vélos électriques subissent des blessures graves ou mortelles correspond à 84 accidents pour 100 millions de kilomètres parcourus, soit plus du double que pour les cyclistes non motorisés (38 accidents pour 100 millions de kilomètres). «La principale différence réside dans le poids plus élevé et la vitesse supérieure des vélos électriques. Ces derniers ressemblent à s’y méprendre à des vélos classiques, mais ils doivent néanmoins être considérés comme des cyclomoteurs légers, voire des cyclomoteurs. Leurs utilisateurs ont donc besoin de plus de temps pour réussir à les maîtriser», explique Bettina Zahnd. La différence de vitesse entre les vélos et les vélos électriques est particulièrement importante en montée: les deux-roues motorisés sont pratiquement deux fois plus rapides en côte que les vélos classiques. 

Une analyse approfondie des statistiques d’accidents entre 2012 et 2016 révèle que les conducteurs de vélos électriques sont souvent victimes d’accidents sans usager antagoniste, c’est-à-dire sans collision avec une voiture ou d’autres usagers de la route. En fonction du type de vélo électrique, ces accidents sans implication de tiers représentent 42% à 49% des accidents, selon les indications de la police. «Cette proportion pourrait même être plus élevée car les victimes de ce genre d’accident n’appellent généralement pas la police, mais se rendent elles-mêmes chez le médecin ou à l’hôpital», déclare Bettina Zahnd. 

La vitesse est souvent sous-estimée

D’après la police, l’autre partie impliquée dans une collision avec un vélo électrique est l’unique responsable de l’accident dans 60% des cas. Autrement dit, les cyclistes motorisés sont plus souvent victimes que coupables d’une collision. Pour Bettina Zahnd, cela tient au fait que les automobilistes notamment sous-estiment souvent la vitesse des vélos électriques. Lors d’une étude réalisée par AXA en 2018, plus de 50% des cyclistes motorisés interrogés estimaient que les autres usagers de la route n’évaluaient pas correctement la vitesse d’un vélo électrique. «Les automobilistes doivent apprendre à faire la distinction entre les différents types de vélo», déclare Bettina Zahnd. De plus, face au développement croissant des formules de vélos électriques en libre-service dans les villes, il est important de sensibiliser également les conducteurs, dont certains manquent parfois de pratique. 

Le port du casque peut sauver des vies

«Bien souvent, la personne qui conduit un vélo électrique n’est elle-même pas consciente de la vitesse à laquelle elle circule. C’est pourquoi nous recommandons la généralisation des compteurs de vitesse sur les vélos électriques, en particulier sur les modèles les plus puissants pouvant circuler jusqu’à 45 km/h », poursuit Bettina Zahnd. De plus, la spécialiste en accidentologie recommande à tous les utilisateurs de vélos électriques de porter un casque. «Si l’on compare le nombre de conducteurs de vélos électriques blessés et tués, on remarque qu’à peine un tiers des cyclistes décédés portait un casque. En revanche, près des deux tiers des blessés portaient un casque. C’est une preuve que le casque protège généralement les cyclistes contre des blessures mortelles», soutient Bettina Zahnd. Aujourd’hui, le port du casque n’est obligatoire que pour les conducteurs d’un vélo électrique rapide (jusqu’à 45 km/h). La plupart des vélos électriques commercialisés sont toutefois des modèles lents (jusqu’à 25 km/h), pour lesquels le port du casque n’est pas obligatoire.   

Même si les vélos électriques ont vu leur popularité s’accroître depuis 2006, ce n’est qu’en 2012 que la Suisse a rendu le port du casque obligatoire pour les modèles rapides. La Recherche accidentologique d’AXA a pour sa part sensibilisé le public au nombre croissant des accidents impliquant des vélos électriques lors de ses crash tests de 2010 et réclamé le port du casque obligatoire cette même année.

AXA demande une amélioration des infrastructures pour deux-roues

Les vélos électriques permettant de rouler plus vite que des vélos classiques, les dépassements entre deux-roues circulant à des vitesses différentes se multiplient. Mais la place manque souvent pour ce genre de manœuvre, surtout en ville. La Recherche accidentologique d’AXA a montré combien ces dépassements peuvent être dangereux dans un crash test réalisé en 2018. Lors de ce test, un vélo cargo électrique roulant à 45 km/h a dépassé un vélo ordinaire et est entré en collision frontale avec une voiture de tourisme. Un tel choc exposerait le conducteur du vélo électrique à des blessures graves, voire mortelles. 

Face à ces résultats, AXA demande une révision des infrastructures pour deux-roues, en particulier dans les villes: des voies de circulation séparées de la route et des trottoirs, réservées aux vélos, aux vélos électriques et aux autres engins à une ou deux roues ainsi que des pistes cyclables plus larges permettant aux vélos électriques, plus rapides, de dépasser des deux-roues plus lents.

Deux types de vélos électriques

En Suisse, il existe deux types de vélos électriques: les modèles lents et les modèles rapides. Ils sont soumis à des règles différentes:

Vélos électriques lents (jusqu’à 25 km/h) 

Les vélos électriques lents sont des véhicules à moteur. Juridiquement, ils sont toutefois assimilés à des vélos. Autrement dit, ces vélos doivent circuler sur les pistes cyclables, comme les vélos non motorisés, et ne sont pas soumis aux interdictions de circulation frappant les cyclomoteurs. Ils ne requièrent pas de permis de circulation et leurs conducteurs âgés de plus de 16 ans n’ont pas besoin de permis de conduire. Les conducteurs âgés de 14 ans (âge minimum) à 16 ans doivent posséder un permis de catégorie M (pour cyclomoteurs). Le port du casque est vivement recommandé mais pas obligatoire. Les dommages causés à des tiers relèvent de l’assurance de la responsabilité civile privée.  

Vélos électriques rapides (jusqu’à 45 km/h)

Les vélos électriques rapides peuvent atteindre une vitesse de 45 km/h au maximum. Ces véhicules doivent être munis d’une plaque de contrôle comportant une vignette d’assurance en règle et nécessitent une assurance de la responsabilité civile séparée. Comme dans le cas des cyclomoteurs équipés d’un moteur à combustion, les conducteurs de ce type de vélo électrique doivent disposer d’un permis de conduire de la catégorie M et un permis de circulation est nécessaire. Ces vélos électriques doivent également emprunter les pistes cyclables et ne peuvent circuler sur les voies interdites aux cyclomoteurs que si leur moteur est éteint. Contrairement aux modèles lents, les conducteurs de vélos électriques rapides doivent obligatoirement porter un casque; en Suisse, un casque de cycliste est toutefois suffisant.

Conseils du service Recherche accidentologique & Prévention d’AXA destinés aux utilisateurs de vélos électriques:

  • Avant la première utilisation sur la voie publique, familiarisez-vous avec votre vélo électrique dans un environnement sûr. Entraînez-vous à accélérer et à freiner sur un terrain privé ou clos. Ces tests sont particulièrement recommandés s’il s’agit d’un vélo électrique en libre-service.
  • Les vélos cargo électriques sont moins manœuvrables que les vélos électriques classiques en raison de leur long empattement. Conduire un vélo cargo électrique nécessite beaucoup d’entraînement. Exercez-vous sur des terrains clos avec une cargaison afin de gagner en assurance sur la voie publique.
  • Équipez votre vélo électrique d’un compteur de vitesse pour vous assurer de ne pas rouler trop vite.
  • Soyez particulièrement prudent lorsque vous dépassez un vélo, un vélo électrique ou un engin assimilé à un véhicule à entraînement électrique. Regardez vers l’arrière et faites un signe de la main pour avertir les usagers de la route qui se trouvent derrière vous de votre intention de dépasser; cela aide à prévenir les accidents.
  • Portez un casque et des vêtements de protection appropriés.
  • Assurez-vous que les autres usagers de la route puissent vous voir: portez des vêtements clairs et des réflecteurs. Au crépuscule, dans l’obscurité ou par mauvais temps, veillez à toujours utiliser un éclairage suffisant.
  • En tant que conducteur de vélo électrique, soyez toujours conscient de votre vitesse élevée et pensez que les autres usagers de la route pourraient sous-estimer votre vitesse.
  • Redoublez de prudence sur les tronçons manquant particulièrement de visibilité et fort fréquentés (réduisez votre vitesse et ne dépassez pas).
  • Pendant votre déplacement, ne téléphonez pas et n’écoutez pas de musique.

Articles apparentés

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données