Trend

La lutte contre le changement climatique

Bild: AXA / Marco Vara
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager par e-mail

Pour freiner efficacement le réchauffement climatique, il faut plus de transparence dans l’évaluation des risques climatiques et de nouveaux instruments financiers innovants qui accélèrent la transition vers un monde plus sobre en carbone et plus durable.

Texte original paru le 19 mars 2021 dans le supplément «Nachhaltig investieren» du journal Finanz und Wirtschaft

Auteur: Daniel Gussmann, Chief Investment Officer d’AXA Suisse



À l’instar de nombreux autres acteurs, AXA a ratifié l’Accord de Paris sur le climat et s’est fixé pour objectif de limiter le réchauffement climatique à un niveau inférieur à 1,5 °C d’ici à 2050. 

Pour générer des changements positifs, il faut toutefois faire la transparence sur les conséquences du changement climatique, interpréter les risques correctement et évaluer de manière appropriée l’impact des mesures prises. Seul ce qui se mesure peut se piloter. 

Le potentiel de réchauffement comme valeur clé 

Dans le secteur financier, le cadre établi par la «Task Force on Climate-related Financial Disclosures» (TCFD) fait désormais office de référence mondiale dans le domaine des risques climatiques, et la plupart des établissements financiers suisses se sont engagés à publier leurs risques financiers liés au climat selon les principes de la TCFD. Dans la pratique toutefois, on observe de grandes différences en ce qui concerne le degré de mise en œuvre et de maturité de ces publications. Une meilleure comparabilité des informations publiées serait vivement souhaitable pour créer davantage de transparence et de clarté. 

La question de savoir comment mesurer et évaluer les progrès réalisés n’a à ce jour pas encore été résolue de façon appropriée. L’empreinte carbone, par exemple, est un instrument d’évaluation courant, mais statique, car il se réfère uniquement à la situation actuelle sans tenir compte de l’avenir. En revanche, le potentiel de réchauffement climatique lié aux placements est plus approprié du fait de sa valeur prospective. Depuis 2019, le Groupe AXA mesure l’impact de ses investissements sur le climat en se basant sur un modèle créé par une fintech suisse, Carbon Delta, acquise par la suite par MSCI. Ce modèle permet d’évaluer l’impact de diverses entreprises et branches sur le climat et de mesurer l’écart par rapport aux objectifs climatiques de l’Accord de Paris. 

Fin 2019, le potentiel de réchauffement lié aux investissements d’AXA s’élevait à 2,8 °C, en légère baisse (-0,2 °C) par rapport à 2018, et surtout bien en deçà de la moyenne du marché de 3,6 °C. Entre 2014 et 2019, l’empreinte carbone de nos investissements a également diminué de 31%. Ces signaux encourageants montrent que notre stratégie suit une orientation clairement définie. Nos mesures indiquent toutefois aussi que des efforts supplémentaires doivent encore être déployés pour contenir le potentiel de réchauffement dans le monde à moins de 1,5°C. 

Abandonner les combustibles fossiles, une nécessité 

Le charbon est toujours responsable de plus de 40% de toutes les émissions de CO2 à travers le monde. Il est donc impératif de se détourner de cette source d’énergie, mais aussi de réduire fortement notre dépendance vis-à-vis du pétrole et du gaz.  

Dès 2015, AXA fut la première grande compagnie d’assurance à annoncer son retrait progressif de l’industrie du charbon, au niveau tant des investissements que des couvertures d’assurance. Elle se désengagera totalement du charbon à l’horizon 2030 pour l’Europe et les pays de l’OCDE, et 2040 pour le reste du monde. Dans le cas des entreprises à forte intensité carbone en particulier, il est primordial de soutenir des projets de décarbonation, car ils permettent de réaliser une nette réduction des émissions de CO2. Par exemple en permettant une étape intermédiaire dans la transition complète vers les énergies renouvelables, en passant du charbon au gaz, avec des financements en conséquence. 

L’intérêt pour les obligations vertes («green bonds») est récemment monté en flèche et le marché représente désormais plus de 500 milliards de dollars. Les obligations vertes ne conviennent toutefois pas pour des projets de décarbonation de ce type, car elles financent uniquement des projets qui exercent aujourd’hui déjà une influence positive sur le climat et l’environnement. De nouveaux instruments financiers sont donc nécessaires pour soutenir les entreprises à forte intensité carbone qui sont bien résolues à décarboner, mais pas encore assez vertes pour être éligibles aux green bonds. 

C’est pourquoi AXA a créé en 2019 les obligations de transition, une nouvelle classe d’actifs qui doit financer d’importants projets liés à la décarbonation. 

Combler l’écart grâce aux obligations de transition 

Même si la société s’est déjà engagée sur un chemin sobre en carbone, les efforts déployés à ce jour ne suffiront pas à satisfaire la demande énergétique mondiale à court et à moyen terme et donc à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. 

Les obligations de transition permettent de combler l’écart entre les projets «déjà verts», éligibles au financement par des obligations vertes, et ceux qui ne le sont pas, mais qui sont très importants pour la décarbonation de l’économie. 

Freiner efficacement le réchauffement climatique ne sera possible qu’avec des instruments financiers innovants, une évaluation appropriée des risques climatiques et une pression commune exercée par les décideurs politiques, les autorités, les entreprises et les consommateurs. Le secteur de l’assurance et de la finance peut jouer ici un rôle très important de catalyseur.

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy