Mobilité

À nous la neige: 7 règles d’or à respecter

Photo: Corbis / Dukas
Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

L’hiver s’est enfin décidé à arriver! Voici quelques conseils si vous comptez vous rendre à la montagne.

  • Luge - les adultes sous-estiment généralement les risques: Les adultes sont bien plus souvent victimes d’accidents de luge que les enfants: alors que les enfants sont impliqués dans 1/5 des accidents, les 4/5 restants concernent des personnes de plus de 17 ans (source: bpa). À quoi cela tient-il? Contrairement à la plupart des enfants, beaucoup d’adultes font de la luge sans chaussures d’hiver adaptées et sans vêtements épais. En outre, ils ont tendance à choisir des pistes plus dangereuses et à entamer la descente en fin de journée, lorsqu’il fait déjà nuit. Chaque année en Suisse, environ 7000 personnes sont victimes d’accidents de luge. Les blessures au genou, à la jambe et au thorax sont les plus fréquentes. Mieux vaut donc réduire sa vitesse et se protéger si possible avec un casque et de bons vêtements!

    Image: Keystone

  • Vol de skis - Davos et Zermatt, des cibles privilégiées: Qui ne s’est jamais demandé, en allant manger à midi en haut des pistes, s’il allait ensuite retrouver ses skis au même endroit? En hiver, une centaine de vols de skis et de snowboards sont signalés à AXA chaque mois. Les vols se produisent partout, avec toutefois une préférence pour les stations prisées: Davos en tête, suivi de Zermatt et d’Ischgl. Les personnes victimes d’un vol n’ont pas de souci à se faire si elles ont inclus le «vol simple hors du domicile» dans leur police d’inventaire du ménage. L’assurance rembourse alors les skis à leur valeur à neuf. D’ailleurs, saviez-vous que dans un cas sur six, les skis sont volés dans la cave même des propriétaires? Une telle disparition est couverte de façon standard par l’assurance de l’inventaire du ménage.

    Image: Keystone

  • Neige sur le toit d’un véhicule - un risque pour la sécurité routière: Même si déblayer la neige de sa voiture est pénible, cette opération n’en reste pas moins indispensable. La sécurité sur la route doit être la priorité absolue. En hiver, il faut donc veiller à ce que les vitres, les rétroviseurs et les feux arrière soient débarrassés de la neige ou de la glace qui les recouvrent. Si un automobiliste cause un accident alors qu’il roulait avec des vitres givrées ou de la neige sur le toit, il peut être reconnu coupable d’une faute grave susceptible d’entraîner une réduction des prestations de son assureur. Attention! Se contenter de déblayer une partie du pare-brise ne suffit pas: en raison de la visibilité restreinte, on se met soi-même en danger ainsi que les autres usagers de la route. Pensez également à enlever la neige accumulée sur le toit de votre véhicule. Lorsque vous roulez, de la neige peut s’en détacher et gêner les automobilistes qui vous suivent. En outre, vous pouvez avoir la vue bouchée si de la neige glisse sur le pare-brise lors d’une manœuvre de freinage.

    Image: Corbis/Dukas

  • Ski hors-piste - aucun souci avec suffisamment d’exercice: Les skieurs aguerris peuvent savourer sans problème le plaisir de faire du hors-piste sur des pentes vierges. Il en va autrement des skieurs inexpérimentés, qui doivent être conscients des risques qu’ils encourent en quittant les pistes, notamment sur le plan de l’assurance. Dès lors qu’une activité de sport d’hiver est exercée en dehors du domaine balisé, elle peut être considérée comme une «entreprise téméraire» si la personne enfreint de façon grave les règles et les consignes de prudence habituelles. Le cas échéant, l’assurance-accidents réduira ses prestations, ce qui entraînera des conséquences sur le plan financier. Ce sont certes toujours les circonstances concrètes qui permettent de déterminer au cas par cas si une entreprise est téméraire ou non. Néanmoins, une personne devra s’attendre à une réduction des prestations si, en dépit d’un risque d’avalanche élevé, elle quitte la piste balisée sans réfléchir et se retrouve prise dans une avalanche. En l’absence de niveau de danger élevé, le ski hors-piste constitue un risque acceptable, pour autant que le skieur soit suffisamment expérimenté.

    Image: Corbis/Dukas

  • Même confortables, les chaussures de snowboard ne se prêtent pas à la conduite: Bien que les chaussures de snowboard soient assez confortables contrairement aux chaussures de ski, elles ne sont pas adaptées à la conduite. La loi impose aux automobilistes de rester en tout temps maîtres de leur véhicule. Or, les chaussures de snowboard, épaisses et larges, ne permettent guère une utilisation optimale des pédales d’accélérateur et de frein, à la différence des baskets par exemple. Il est certain que pour exercer un recours ou une réduction des prestations, un assureur devrait pouvoir prouver que l’accident est dû au port de chaussures inadaptées, ce qui constitue une preuve difficile à fournir dans la pratique. Les automobilistes doivent cependant veiller à conduire avec des chaussures appropriées, le mieux étant de laisser en permanence dans la voiture une paire de chaussures confortables, parfaites pour la conduite. Nous vous souhaitons bonne route!

    Image: Keystone

  • Prudence avec l’après-ski: La plupart des automobilistes n’auraient jamais l’idée de boire avant de prendre le volant. Sur les pistes en revanche, beaucoup de skieurs voient les choses différemment. Et pourtant: même s’il n’y a pas de contrôles, il est préférable de ne pas rechausser ses skis après une soirée un peu arrosée dans un restaurant de montagne. En effet, une faible quantité d’alcool suffit déjà à restreindre le champ de vision et à limiter la vision périphérique, de sorte que les autres skieurs et les dangers potentiels ne sont pas toujours clairement identifiés. Rappelons également que, d’une façon générale, la consommation d’alcool rend moins sûre la pratique du ski et pousse la personne à se surestimer. Alors prudence! Si vous avez bu plusieurs vins chauds, prenez de préférence la télécabine pour redescendre et, en cas de «gueule de bois», offrez-vous une journée wellness.

    Image: Corbis/Dukas

  • Bataille de boules de neige - attention aux boules trop compactes! Lancer une boule de neige à quelqu’un est un plaisir dont personne ne se prive, pas même les adultes. Si quelque chose se casse, comme les lunettes de la personne visée, l’assurance de la responsabilité civile privée prend ce dommage en charge, même si l’action était volontaire. La plupart des assureurs ne réduisent les prestations que si une personne lance délibérément sur quelqu’un une boule de neige particulièrement compacte, voire des blocs de glace. Si cette intention n’est pas avérée, le dommage résultant du lancer malencontreux sera considéré comme un petit accident et sera généralement pris en charge par l’assurance. Ne vous privez pas pour autant: lancer des boules de neige moins compactes est tout aussi amusant!

    Image: Keystone

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données