Schreinerin bei der Arbeit

Image: Keystone-SDA

Étude d’AXA auprès des PME: les travailleurs âgés et les femmes, un potentiel sous-exploité

30.06.2022

  • Comme en témoigne une étude menée conjointement par AXA et l’institut de recherche Sotomo, la Suisse souffre encore cruellement d’un manque de main-d’œuvre qualifiée. Au total, 78% des PME interrogées ont en effet éprouvé des difficultés à recruter l’an dernier, un problème directement imputable, pour près des deux tiers d’entre elles, au manque de professionnels qualifiés.
  • Dans le secteur de l’artisanat et de la construction, 80% des entreprises sondées ont admis avoir eu de la peine à pourvoir leurs postes, et ce chiffre atteint 74% dans le domaine de la production et de la réparation.
  • Dans le même temps, bon nombre de PME reconnaissent appliquer une limite d’âge, qu’elle soit formelle ou informelle. Une entreprise sur dix écarte ainsi systématiquement tout candidat âgé de plus de 45 ans.
  • Les femmes ne sont pas mieux loties: seules 5% des PME interrogées et accusant un déséquilibre hommes-femmes sont dotées de programmes de promotion dédiés aux femmes, 13% à peine encouragent le travail à temps partiel et le partage de poste, et 22% misent sur la flexibilité du temps de travail.
  • Autre enjeu de taille pour les PME, le bien-être de leur personnel: 76% d’entre elles voient dans la santé de leurs collaborateurs un défi majeur pour la pérennité de l’entreprise, un chiffre qui grimpe à 97% chez les grandes PME.

Dans l’ensemble, la plupart des petites et moyennes entreprises se félicitent de l’engagement et de la loyauté de leur personnel. C’est en tout cas ce qui ressort de la nouvelle enquête sur le marché de l’emploi réalisée par AXA Suisse auprès d’un panel représentatif de PME. À y regarder de plus près, néanmoins, on relève des différences d’appréciation notables. De fait, si les petites PME se disent généralement très satisfaites des compétences de leurs salariés, les plus grandes se montrent plus nuancées. Parmi les entreprises comptant entre deux et neuf collaborateurs, 51% jugent leurs employés très performants, mais ce chiffre tombe à 19% lorsque les effectifs comprennent de 50 à 250 personnes. Même constat en matière de résilience: la résistance psychique du personnel est qualifiée de plutôt bonne à très bonne par 75% des petites PME, contre seulement 47% de leurs homologues de grande taille. Ce qui signifie, a contrario, qu’un peu plus de la moitié de ces dernières relèvent un net déficit de résilience chez leurs salariés. «De toute évidence, les entreprises à taille humaine parviennent à créer un rapport d’identification et de compréhension mutuelles entre les employés et leur employeur. Cette taille modeste favorise aussi la robustesse psychologique de leurs salariés», conclut le directeur de Sotomo, Michael Hermann.

Bien qu’appréciés, les travailleurs âgés sont laissés sur la touche

Autre enseignement de l’étude, les dirigeants de PME ne tarissent pas d’éloges sur les collaborateurs seniors:  67% d’entre eux louent autant la loyauté que le sens des responsabilités des plus de 50 ans, comparé au reste de leur personnel. Rien de surprenant de prime abord, car ces salariés âgés travaillent depuis longtemps au sein de l’entreprise à laquelle ils s’identifient pleinement et dont ils connaissent parfaitement les rouages. Leur motivation sans faille (55%) et leur résilience (54%) sont autant de qualités qui, aux yeux de leurs responsables, font même d’eux des perles rares. 

Sauf que ce tableau idyllique contraste fortement avec la réticence affichée à recruter des personnes d’un certain âge. Bien qu’en 2021, les trois quarts des PME n’aient pas réussi à pourvoir la totalité des postes vacants, l’étude montre qu’il existe, chez la plupart d’entre elles, un plafond formel ou informel en matière d’âge à l’embauche. Près d’une société sur dix n’engage plus au-delà de 45 ans, et 29% des PME sondées appliquent une limite située entre 45 et 54 ans. «Vu la pénurie criante de main-d’œuvre spécialisée et les défis considérables à relever en matière de prévoyance vieillesse, les aînés constituent un potentiel énorme mais non exploité», déplore le politologue et entrepreneur Michael Hermann.

Infographie

Âge limite de recrutement : «Jusqu’à quel âge recrutez-vous en général des travailleurs?», sans les indépendants (n = 200), en %.

Le double défi des PME sur le marché de l’emploi

Engager de nouvelles personnes tourne souvent au casse-tête. Pour 78% des PME interrogées, embaucher a relevé du parcours du combattant en 2021. En cause tout particulièrement, d’après les résultats de l’étude, l’assèchement du marché du travail: près des deux tiers des PME disent avoir été concernées par la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Dans les grandes PME (comptant de 50 à 250 personnes), cette valeur atteint même 72%. 

Près d’un tiers des petites et moyennes entreprises se voient également concurrencées, sur le marché de l’emploi, par les grandes sociétés: 20% se sentent pénalisées par le manque d’attractivité des plans de carrière attachés aux postes à pourvoir et 17% par la faiblesse des salaires proposés, comparé à ceux offerts par les poids lourds du marché. «Le frein à l’embauche de personnel spécialisé est donc double pour les PME: un marché du travail très tendu et la concurrence de grands groupes puissants», ajoute Michael Hermann.

Un réel manque de travailleurs manuels qualifiés

La situation est tout aussi précaire en ce qui concerne les profils d’activité recherchés: dans le secteur de l’artisanat et de la construction, 80% des entreprises sondées ont admis avoir eu de la peine à pourvoir leurs postes, et ce chiffre a atteint 74% dans la production et la réparation. Même constat dans d’autres branches comme la technique, l’informatique, le conseil et la vente, où la recherche de personnel a posé problème à près de la moitié des PME interrogées. Seuls les segments de l’administration et de l’organisation semblent relativement épargnés, puisque le personnel qualifié n’y fait défaut que dans 10% des cas.

Infographie

Profils d’activité recherchés: «Quels sont les principaux domaines d’activité des personnes que votre entreprise recrute ou tente de recruter principalement?», difficultés de recrutement: «Dans quels domaines d’activité votre entreprise n’a-t-elle pas trouvé suffisamment de personnes qualifiées en 2021?», uniquement les entreprises qui ont recruté ou tenté de recruter du personnel en 2021 (n = 149), en %.

Faible promotion du taux d’activité professionnelle des femmes

Seules 5% des PME interrogées et accusant un déséquilibre hommes-femmes dans leur personnel disposent de programmes de promotion dédiés aux femmes. Au total, 13% à peine encouragent le travail à temps partiel et le partage de poste, et 22% seulement ont recours au temps de travail flexible. Tandis que près de neuf grandes PME sur dix prennent au moins une mesure en faveur de la parité hommes-femmes, une petite PME sur deux (employant moins de dix personnes) ne se soucie même pas du sujet. «C’est dire si ce potentiel de main-d’œuvre féminine est trop souvent sous-exploité par les PME suisses», souligne Michael Hermann.

Infographie

Mesures en faveur de l’égalité hommes-femmes: «Quelles mesures votre entreprise a-t-elle prises afin d’atteindre l’égalité des sexes?», uniquement les PME ne pratiquant pas la parité, sans les indépendants (n = 162), en %.

De nombreuses PME favorables à la semaine de quatre jours 

Pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre, de plus en plus de pays recourent à la semaine de quatre jours, susceptible de mieux concilier vie professionnelle et vie privée. En Suisse aussi, la semaine de quatre jours est à l’étude. Comme en témoigne l’enquête d’AXA, 38% des PME suisses et même 43% des grandes PME se disent prêtes à franchir le pas. Des chiffres significatifs. «Le manque criant de personnel qualifié pourrait bien se traduire, y compris au sein des PME, par une ouverture d’esprit et une évolution des mentalités», observe Michael Hermann.

Importante prévalence des troubles psychiques dans les grandes PME

Au-delà du problème de recrutement se pose, pour les PME suisses, l’épineuse question du bien-être des salariés:  76% d’entre elles voient dans la santé de leurs collaborateurs un défi majeur pour la pérennité de l’entreprise, un chiffre qui culmine à 97% chez les grandes PME. La plupart du temps, les absences des collaborateurs sont dues à des problèmes de santé physiques, ce qui représente un handicap de premier ordre pour 38% des petites et moyennes entreprises et pour 45% des grandes PME. 

En revanche, les absences liées à des troubles d’ordre psychique frappent majoritairement ces dernières, puisqu’elles sont concernées à 42%, contre seulement 11% chez les PME de petite taille. Au final, les grandes PME déplorent autant d’absences pour cause de maladies psychiques que physiques. Un constat d’autant plus inquiétant pour elles que le phénomène va en s’amplifiant. En effet, 38% des PME comptant 50 collaborateurs et plus ont enregistré, au cours des cinq dernières années, une montée en flèche des absences de cette nature.

Deux approches de solution

Les résultats de l’étude d’AXA permettent de dégager deux pistes d’action, comme l’indique Michael Hermann: «La solution à cette pénurie sévère de personnel qualifié réside, d’une part, dans le recrutement et le maintien à leur poste des collaborateurs plus âgés et, de l’autre, dans la progression du taux d’activité professionnelle des femmes.»

À propos de l’étude

Fruit de la collaboration d’AXA avec l’institut de recherche Sotomo, l’étude sur le marché de l’emploi des PME examine ((à la loupe)) les vicissitudes que connaît ce pan de l’entrepreneuriat suisse. Menée pour la première fois en 2022, cette enquête représentative se fonde sur un sondage en ligne adressé à 300 PME suisses des régions francophone et germanophone. Les données ont été collectées du 17 au 21 février 2022 auprès du panel d’entreprises d’AmPuls.

À propos d’AXA

Quelque deux millions de clients en Suisse font confiance à l’expertise d’AXA dans l’assurance de personnes, de choses, de la responsabilité civile, de la protection juridique, dans l’assurance-vie ainsi que dans la prévoyance santé et la prévoyance professionnelle. Aux côtés des particuliers et des entreprises auxquels elle propose des produits et des services innovants, notamment dans la mobilité, la santé, la prévoyance et l’entrepreneuriat, relayés par des processus simplifiés et numériques, AXA encourage ses clients à avoir confiance en eux même dans les situations difficiles, à travers sa promesse de marque «Know You Can». Ses 4500 employés et 3000 collaborateurs de la Distribution s’engagent quotidiennement en ce sens. Comptant plus de 340 agences, AXA dispose du réseau de distribution le plus dense de Suisse dans la branche de l’assurance. AXA Suisse fait partie du Groupe AXA et a réalisé en 2021 un volume d’affaires de 5,5 milliards CHF.

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy