AXA Crashtests 2021

Crash tests d’AXA 2021: des risques accrus en voyage

29.06.2021

Cet été, partir avec son propre véhicule sera la manière de voyager la plus appréciée. Les autocaravanes sont particulièrement tendance. Elles promettent beaucoup de confort mais s’accompagnent aussi d’un certain potentiel de risque, tout particulièrement pour les conducteurs et les conductrices inexpérimentés.

Les autocaravanes – les fourgons compacts ainsi que les camping-cars plus imposants – connaissent un véritable boom ces dernières années. Depuis 2015, le nombre de véhicules assurés auprès d’AXA a augmenté de 31%. Ils permettent à leurs propriétaires de voyager en toute autonomie en offrant beaucoup d’espace de rangement et supplantent le train ou l’avion en devenant le moyen de déplacement le plus apprécié en cette période marquée par le coronavirus.

Beaucoup de trafic en été

Dans le cadre d’une étude représentative de la mobilité, AXA Suisse a interrogé près de 1000 personnes notamment sur la manière dont elles partiraient en vacances cet été: 40% ont indiqué qu’elles utiliseraient leur propre véhicule. Dans un sondage exclusif mené auprès de 801 propriétaires d’autocaravanes, ce taux atteignait même 90%. Ces dernières années, les maisons sur roues sont de plus en plus nombreuses. Selon l’Office fédéral de la statistique, alors que les immatriculations de voitures de tourisme ont reculé de près de 24% l’année dernière, les autocaravanes ont progressé de 26% sur la même période.

Et cet été, saison qui est déjà la plus accidentogène en général, l’affluence en hausse augmentera également le risque d’accident. Selon ses statistiques des accidents, AXA, le plus grand assureur de Suisse, enregistre 12,5% de collisions de voitures de tourisme de plus en été et à l’automne; pour les autocaravanes, ce sont même 91% de plus.

Les autocaravanes provoquent d’autres accidents

Les autocaravanes, inhabituellement volumineuses par rapport aux voitures habituelles, recèlent quelques pièges, notamment pour les conducteurs et les conductrices inexpérimentés. En raison de leur taille, de leur poids plus élevé ainsi que de la hauteur de leur centre de gravité, leur conduite est parfois très différente de celle d’une voiture de tourisme classique. Les statistiques des accidents soulignent ces différences: «Avec les autocaravanes, nous enregistrons près de 33% d’accidents supplémentaires en marche arrière et 150% de collisions latérales de plus, en raison de la taille et du manque de visibilité du véhicule», explique Michael Pfäffli, responsable Recherche accidentologique et Prévention d’AXA Suisse. Parallèlement, AXA se voit déclarer 66% de non-respect des priorités en moins et moitié moins de collisions par l’arrière provoquées par ce groupe de conducteurs.

Ce qui laisse à penser que les conducteurs d’autocaravanes sont plus fréquemment concernés par de petits dommages en raison de la forme de leurs véhicules, mais qu’ils savent mieux éviter les accidents graves ou conduisent en général de manière plus sûre. Michael Pfäffli y voit un lien, mais il faut prendre cette affirmation avec des pincettes: «Nous ne sommes pas en mesure de confirmer globalement que les conducteurs d’autocaravanes conduisent mieux ou de manière plus sûre. Mais notre étude nous a appris que ce groupe de conducteurs était plus conscient de certains aspects relatifs aux risques que les conducteurs et les conductrices de voitures de tourisme, par exemple en ce qui concerne la sécurisation du chargement, des personnes et des animaux pendant le voyage. Ils se sentent aussi généralement plus en sécurité sur les routes que les autres personnes interrogées.»

Capacité de chargement surestimée

Les causes pouvant provoquer de graves accidents tiennent entre autres au mauvais comportement et au manque de préparation des conducteurs. Facteur aggravant, les personnes interrogées estiment leur niveau de stress en voyage comme étant 2,5 fois supérieur à ce qu’il est au quotidien. Et cette valeur correspond aussi à leur estimation du risque d’accident lié à la fatigue. Surtout lors de voyages relativement longs, un assoupissement peut se produire, comme près de 44% des personnes interrogées en ont déjà fait l’expérience ou étaient à deux doigts de le faire.

En outre, les autocaravanes sont souvent surchargées, ce qui peut avoir un impact négatif sur la conduite si le chargement est réparti de manière irrégulière. Une brève distraction, classée comme la cause d’accident la plus probable selon le sondage, peut suffire pour perdre temporairement le contrôle du véhicule. Malgré le vaste espace de rangement qu’elles offrent, les autocaravanes ont souvent une charge utile relativement faible, confirme Michael Pfäffli: «L’analyse de notre portefeuille a montré qu’un tiers des autocaravanes assurées avaient une charge utile de moins de 500 kilogrammes. Une famille de quatre personnes avec bagages atteint donc rapidement le seuil de la charge maximale prescrite, sans matériel de camping ni équipements sportifs supplémentaires.» La taille des autocaravanes peut être très trompeuse en ce qui concerne les capacités de chargement autorisées, qui sont souvent même inférieures à celles d’une voiture de tourisme normale.

Les autocaravanes offrent aux passagers une protection moindre que les voitures de tourisme

Les risques apparaissent généralement lors du chargement des bagages et lors de la sécurisation des personnes et des animaux. Les comportements dangereux, comme un passager qui étend ses jambes sur le tableau de bord, sont précisément très appréciés pendant les longs voyages: près de 30% des personnes sondées l’ont déjà fait. En cas d’accident, cela représente un danger de blessure supplémentaire. Il en va de même pour la sécurisation insuffisante des animaux domestiques, que 41% des sondés transportent sur le siège passager ou sur la banquette arrière. En cas de collision, ils peuvent se blesser ou même blesser les autres passagers. «Nous avons été particulièrement surpris du fait que 44% des personnes interrogées ont déclaré renoncer à freiner d’urgence en situation de danger en raison de leur chargement», poursuit le responsable Recherche accidentologique et prévention. Ce comportement dangereux peut provoquer des collisions qui auraient pu être évitées.

En effet, en cas de collision, les grosses autocaravanes n’offrent qu’une faible protection aux passagers par rapport aux voitures de tourisme, comme le montre l’étude d’une collision frontale d’un camping-car à 60 km/h avec un arbre. L’habitacle est fortement comprimé par la collision et blesse grièvement les passagers avant. Il en va de même pour les passagers placés à l’arrière du véhicule. La structure légère du camping-car est incapable de résister aux forces de la collision et s’effondre entièrement, alors que les éléments du chargement se transforment en dangereux projectiles. Les chances de survie à l’arrière du véhicule sont donc très faibles. La construction légère, avec une structure en plastique, confère aux véhicules une moindre résistance que les voitures de tourisme. Les autocaravanes sont également à la traîne par rapport aux voitures en ce qui concerne l’équipement technique de prévention des accidents, elles ne disposent que rarement de systèmes d’assistance de série. Michael Pfäffli le confirme aussi avec les statistiques des dommages corporels: «Dans les voitures de tourisme, la sécurité active, c’est-à-dire préventive, et passive, concernant la construction des véhicules, a fait l’objet d’optimisations majeures par le passé. Le nombre de dommages corporels a diminué de 22% entre 2015 et 2019, alors qu’il stagnait dans le même temps pour les autocaravanes.

La mode aux dépens de la sécurité

Les autocaravanes anciennes, telles que le VW T3 présent cette année dans les crash tests, restent très appréciées. Les prix de ces oldtimers tendance se rapprochent toujours plus de ceux des véhicules neufs, leurs acheteurs renoncent aux normes de sécurité modernes, leur préférant le côté vintage du véhicule. La comparaison directe d’une collision frontale du VW T3 et de celle d’un VW T6 moderne, de 40 ans plus jeune, le montre de manière saisissante. Malgré une forte déformation, le véhicule moderne offre une zone de déformation suffisamment importante et un habitacle suffisamment stable pour protéger les passagers des blessures graves. L’airbag qui se déclenche côté passager impacte cependant fortement les jambes du passager allongées sur le tableau de bord en les comprimant contre son corps, ce qui peut entraîner de graves blessures. Le véhicule plus ancien présente une déformation structurelle beaucoup plus importante et l’habitacle est complètement déformé. En raison de la charge supplémentaire de l’aménagement et du chargement de la partie arrière du véhicule, le passager est coincé des deux côtés, ce qui réduit fortement ses chances de survie. Les statistiques des sinistres le confirment: les véhicules de plus de 10 ans causent 20% de dommages corporels de plus que les modèles actuels. «Plus un véhicule est moderne, plus la fréquence des dommages corporels diminue. Cela vaut aussi bien pour les voitures de tourisme que pour les autocaravanes», résume Michael Pfäffli.

L’absence de toit est-elle un risque pour la sécurité?

Mis à part les autocaravanes, aucun véhicule n’offre un sentiment de liberté aussi fort qu’un cabriolet. Mais ce type de véhicule a également été jugé le moins sûr lors du sondage d’AXA. Une voiture sans toit dégage certes un grand sentiment de liberté, mais aussi une idée de risque pour la sécurité. Le troisième crash test a permis de vérifier cet état de fait et de tester le toit, point faible du cabriolet. Dans le scénario choisi, la voiture s’écarte légèrement de la voie de circulation et heurte une glissière de sécurité, ce qui l’amène à se retourner. La collision forte et directe sur le pilier A l’écrase, et l’arceau de sécurité est incapable, à lui seul, de protéger suffisamment le passager. Ce dernier subit donc de graves blessures à la tête. «Cela montre que la position assise et la bonne sécurisation des passagers sont vitales: les cabriolets sont équipés d’un pilier A renforcé et de différents renforts longitudinaux et transversaux sur le bas de caisse, qui compensent en partie la moindre résistance de la voiture liée à l’absence de toit. Notre test est donc un scénario catastrophe», explique Michael Pfäffli. Dans l’écrasante majorité des accidents, tels que des collisions normales, les cabriolets sont aussi sûrs que des voitures de tourisme habituelles, ce que Michael Pfäffli confirme également à partir des statistiques des sinistres: «Selon nos statistiques, les passagers de cabriolets ne sont pas soumis à un risque accru. La part de dommages corporels est même de 15% inférieure dans cette catégorie à celle des voitures de tourisme normales.»

Conseils des chercheurs d’AXA

  • Avant l’achat ou la location, les conducteurs et les conductrices inexpérimentés d’autocaravanes devront porter une attention toute particulière à l’équipement de sécurité que constituent les systèmes d’assistance: ils peuvent servir à prévenir les accidents graves afin que la structure légère du véhicule ne soit pas fatale.
  • Avant de faire de longs trajets, familiarisez-vous avec votre véhicule, en suivant un stage de sécurité routière par exemple. Vous évoluerez ainsi de manière plus sûre au sein du trafic routier et pourrez mieux évaluer le comportement de votre autocaravane. D’autre part, vous devez être conscient de la charge utile possible afin d’éviter toute surcharge et l’impact négatif qu’elle aurait sur la conduite du véhicule. Faites-la par exemple peser chez un garagiste.
  • Prenez le temps de bien sécuriser le chargement et les personnes et transportez vos animaux domestiques en les protégeant dans une cage prévue à cet effet. En cas d’accident, les objets non fixés peuvent se transformer en de dangereux projectiles. Dans une situation à risque, ne renoncez pas à freiner d’urgence par égard pour le chargement. En outre, faites des pauses fréquentes afin d’éviter le stress, la fatigue et la distraction.
  • Les personnes qui font de longs parcours avec des véhicules anciens doivent être conscientes que leurs normes de sécurité sont inférieures aux conditions actuelles et adapter leur comportement de conduite en conséquence. Vérifiez régulièrement l’état de votre oldtimer afin de repérer d’éventuels points faibles, tels que de la rouille ou des systèmes de ceinture défectueux.

À propos d’AXA

Quelque deux millions de clients en Suisse font confiance à l’expertise d’AXA dans l’assurance de personnes, de choses, de la responsabilité civile, de la protection juridique, dans l’assurance-vie ainsi que dans la prévoyance santé et la prévoyance professionnelle. Aux côtés des particuliers et des entreprises auxquels elle propose des produits et des services innovants, notamment dans la mobilité, la santé, la prévoyance et l’entrepreneuriat, relayés par des processus simplifiés et numériques, AXA encourage ses clients à avoir confiance en eux même dans les situations difficiles, à travers sa promesse de marque «Know You Can». Ses 4500 employés et 3000 collaborateurs de la Distribution s’engagent quotidiennement en ce sens. Comptant plus de 340 agences, AXA dispose du réseau de distribution le plus dense de Suisse dans la branche de l’assurance. AXA Suisse fait partie du Groupe AXA et a réalisé en 2020 un volume d’affaires de 5,7 milliards CHF.

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy