voiture électrique

Photo: KEYSTONE-SDA

Baromètre d’AXA sur la mobilité 2023: une majorité peut s’imaginer acheter une voiture électrique

28.08.2023

Une étude d’AXA le montre: la mobilité électrique polarise. En effet, bien que plus de la moitié des Suisses et des Suissesses puisse envisager l’achat d’une voiture électrique, près de 30% l’excluent totalement. Et seul un tiers de la population croit à une percée rapide de la mobilité électrique. Ces divergences d’opinion s’expliquent surtout par des facteurs sociaux, économiques et politiques qui accélèrent – ou freinent – la transition.

Rares sont les Suisses et les Suissesses à vouloir renoncer à une voiture, qu’elle soit électrique ou non. Ils sont 71% à juger important ou plutôt important le fait de posséder son propre véhicule, selon une enquête réalisée par l’institut de sondage Sotomo pour le compte d’AXA. La voiture représente bien plus qu’un objet purement utilitaire: deux tiers des personnes interrogées l’associent à l’indépendance et 59%, à la liberté. L’achat d’un véhicule électrique est envisageable pour 56% des conductrices et conducteurs suisses – souvent proches des idées de gauche ou écologistes. Parmi les 29% d’automobilistes qui excluent totalement cette possibilité, on compte de nombreux sympathisants de l’aile droite bourgeoise. Et 22% des personnes interrogées souhaitent renoncer complètement à la voiture.

Disposition à l’achat d’une voiture électrique: «Quelle est votre position concernant l’achat d’une voiture électrique?»; sans les personnes qui ne souhaitent pas (ou plus) détenir de voiture; données en pourcentage

Si plus de la moitié des personnes interrogées peut envisager l’achat d’une voiture électrique, seul un tiers croit à une percée rapide de la mobilité électrique. «Les Helvètes estiment qu’il faudra environ seize ans d’ici à ce que les voitures électriques deviennent majoritaires sur nos routes, autrement dit en 2039, quatre ans après la date d’interdiction des moteurs à combustion décrétée par l’UE. D’où leur tendance à considérer qu’on assiste davantage à une évolution qu’à une révolution dans le domaine de la mobilité», fait remarquer le responsable de Sotomo, Michael Hermann. Une autre explication se trouve sans doute dans la faible conscience du problème posé par l’usage de la voiture: malgré le débat actuel sur le climat, les personnes interrogées ne sont que 28% à associer voiture et impact environnemental, la notion de plaisir arrivant même légèrement devant (30%).

Durabilité fortement mise en doute

La majorité de la population continue de voir plus d’inconvénients que d’avantages dans la mobilité électrique. En tête des griefs figurent l’impact environnemental généré par la fabrication des batteries (54%), le prix d’achat élevé (53%) et le recyclage des batteries (52%). À l’évidence, la question des batteries pèse plus lourd dans la balance que la réduction des émissions de CO2. Il est intéressant de noter que seuls 10% environ des personnes pensent que ce problème aura disparu dans dix ans. Un autre point incriminé est l’inconfort lié à la recharge des véhicules (autonomie, bornes de recharge sur la route ou à la maison, temps de charge) Les participantes et les participants à l’enquête estiment toutefois que, à moyen terme, des solutions seront trouvées pour remédier à ces freins et que le prix d’achat deviendra abordable.

En dépit de leurs inconvénients, les véhicules électriques sont clairement perçus comme plus durables que les véhicules thermiques. Sans parler des véhicules à hydrogène, que 64% des personnes interrogées considèrent comme plutôt – voire très – durables (contre 46% pour les voitures électriques). La population semble apprécier que les véhicules à hydrogène ne nécessitent pas de batteries puissantes pour être performants. Mais attention: le rendement total de l’énergie utilisée par ces véhicules n’est que de 30%, contre 75% pour les voitures électriques, puisqu’une voiture à hydrogène a besoin de nettement plus d’énergie électrique qu’un véhicule à moteur électrique pour se déplacer. 

Quelque 46% de la population suisse considèrent le passage à la voiture électrique dans le contexte actuel de mix électrique comme une bonne manière de protéger le climat et l’environnement. Un taux qui frôlerait les deux tiers si le courant provenait exclusivement d’énergies renouvelables. Cet écart considérable est d’autant plus frappant que, aujourd’hui, 80% de l’électricité consommée en Suisse provient déjà d’énergies renouvelables (surtout d’origine hydraulique). En l’occurrence, comme pour ce qui concerne l’élimination des batteries et les véhicules à hydrogène, une meilleure information pourrait contribuer à faire mieux accepter la mobilité électrique. 

Influence du revenu et de l’orientation politique sur les choix de mobilité

Une typologie de la mobilité en Suisse a été établie pour les besoins de la présente étude. Elle se compose de quatre groupes: les personnes sans voiture («sans voiture»), les personnes utilisant une voiture électrique («e-utilisateurs»), les personnes intéressées par les voitures électriques («e-intéressés») et les personnes adeptes des voitures à essence («adeptes des voitures à essence»). Le niveau de revenu constitue un facteur clé pour l’appartenance à un groupe. En cela, l’écart le plus important est observé entre les personnes sans voiture et celles utilisant une voiture électrique: alors que, chez les premières, le revenu net moyen du ménage s’élève à 4200 francs par mois, il est en moyenne de 9400 francs chez les secondes. Ces deux catégories présentent néanmoins des similitudes quant à leur orientation politique: les personnes sans voiture ont un profil gauche-vert et celles qui utilisent un véhicule électrique oscillent plutôt au centre gauche. Les adeptes des voitures à essence sont généralement plus proches de l’aile droite bourgeoise. Bien que disposant d’un revenu moyen, ces derniers consacrent à la voiture un budget supérieur à la moyenne, à l’instar des personnes qui roulent en électrique. Le profil politique des «e-intéressés» se rapproche le plus de celui des «e-utilisateurs», les premiers étant cependant plutôt positionnés au centre droit.

Vue d’ensemble des quatre types de mobilité

Véhicule électrique et lieu de vie

L’analyse du lieu de domicile révèle une différence marquée entre ville et campagne dans la catégorie des personnes sans voiture. En effet, renoncer à sa voiture quand on habite en ville et qu’on dispose d’un bon réseau de transports publics génère bien moins d’inconfort que si on vit à la campagne, où il est par ailleurs plus facile de trouver une place de parc. Les écarts ne sont en revanche pas notables concernant la mobilité électrique: même si elle répond plutôt à une préoccupation écologique, elle n’est pas un phénomène purement urbain. Pour preuve, la proportion des utilisateurs de véhicules électriques est uniforme à l’échelle du pays, à l’exception des petites villes. 

Près de 90% des personnes sans voiture sont locataires ou vivent dans une coopérative d’habitation. Les «e-utilisateurs» sont quant à eux 40% à vivre dans leur propre logement. Le niveau de revenu y est certainement pour quelque chose, tout comme la facilité, quand on est propriétaire, de faire installer une station de recharge privée et de supprimer ainsi l’un des inconvénients majeurs liés à la voiture électrique. Ainsi, 45% des personnes qui utilisent un véhicule électrique disposent d’une borne de recharge à leur domicile, et 11% prévoient d’en installer une.

Forme de logement des types de mobilité: «Sous quel statut occupez-vous votre logement?»; données en pourcentage

Vous avez dit renoncer?

S’ils recourent à des modes de déplacement durables avec la mobilité électrique, les «e-utilisateurs» n’en restreignent pas pour autant leur consommation: «43% des utilisateurs de véhicules électriques possèdent également un véhicule équipé d’un moteur à combustion classique. Avec une moyenne de 1,9 voiture par ménage, ils détiennent davantage d’autos que les profils des autres types de mobilité et disposent aussi plus souvent d’un vélo électrique, d’une moto ou d’un scooter», note Michael Hermann. Ils sont en outre les premiers à recourir à l’autopartage ou à la location de vélo ou de trottinette électrique. Les personnes sans voiture sont celles qui possèdent le plus souvent un abonnement général pour les transports publics. Comparés aux utilisateurs de voitures électriques comme aux personnes intéressées par les voitures électriques, les adeptes des véhicules à essence sont fortement focalisés sur la voiture et ne s’intéressent guère aux autres formes de mobilité.

Contrairement aux personnes sans voiture, les utilisateurs de véhicules électriques n’entendent pas résoudre les problèmes environnementaux en faisant de la renonciation leur credo. Ils misent plutôt sur les innovations technologiques. D’ailleurs, aucun autre groupe n’est autant porté sur les technologies qu’eux. À l’image des personnes sans voiture, ils estiment que la réglementation est essentielle à la résolution des problèmes environnementaux. Pour leur part, les adeptes des voitures à essence et les personnes intéressées par les voitures électriques partent du principe que la gestion des problèmes environnementaux relève de la responsabilité personnelle.

Faible cote pour les mesures privilégiant les véhicules électriques

Donner la préférence aux véhicules électriques par rapport aux véhicules thermiques est l’une des mesures discutées en vue d’accélérer la transition énergétique dans les transports. Or seulement 22% des personnes interrogées sont favorables à ce que des places de parc soient exclusivement réservées aux voitures électriques dans les centres urbains. Une deuxième approche concerne l’autorisation des voitures thermiques. Bien que plus de 80% de la population ne soient pas convaincus par les voitures à essence, seuls 37% plébiscitent la décision prise par l’UE d’interdire, à compter de 2035, les nouvelles immatriculations de véhicules à essence et diesel. 

«De toute évidence, les privilèges accordés aux voitures électriques n’ont pas la cote auprès de la population», constate Michael Hermann. À l’inverse des mesures favorisant les véhicules électriques, l’instauration d’une redevance sur la circulation qui concernerait tous les modes de propulsion fait consensus: 59% des personnes interrogées y sont favorables.

À propos de l’étude

Le baromètre d’AXA sur la mobilité a été réalisé en partenariat avec l’institut de recherche Sotomo. Cette étude représentative à laquelle 1800 personnes ont participé a été menée pour la première fois en 2023 au moyen d’une enquête en ligne. Le panel est constitué de personnes de plus de 18 ans domiciliées en Suisse romande et en Suisse alémanique et linguistiquement intégrées. Les données ont été recueillies entre le 3 et le 11 avril 2023 auprès de participantes et de participants choisis dans les panels en ligne de Sotomo et de Bilendi.

À propos d’AXA

Quelque deux millions de clients en Suisse font confiance à l’expertise d’AXA dans l’assurance de personnes, de choses, de la responsabilité civile, de la protection juridique, dans l’assurance-vie ainsi que dans la prévoyance santé et la prévoyance professionnelle. Aux côtés des particuliers et des entreprises auxquels elle propose des produits et des services innovants, notamment dans la mobilité, la santé, la prévoyance et l’entrepreneuriat, relayés par des processus simplifiés et numériques, AXA encourage ses clients à avoir confiance en eux même dans les situations difficiles, à travers sa promesse de marque «Know You Can». Ses 4500 employés et 3000 collaborateurs de la Distribution s’engagent quotidiennement en ce sens. Comptant plus de 340 agences, AXA dispose du réseau de distribution le plus dense de Suisse dans la branche de l’assurance. AXA Suisse fait partie du Groupe AXA et a réalisé en 2022 un volume d’affaires de 5,6 milliards CHF.

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy