Sécurité et droit

Cambriolages en série

Image: Daniel Ammann
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager par e-mail

À Sirnach, le magasin Denner d’Ernst Gähler a été visité à plusieurs reprises. D’ailleurs, la période des fêtes de fin d’année est propice aux cambriolages.

Le magasin Denner d’Ernst Gähler, à Sirnach, a été cambriolé cinq fois en six ans. Cinq fois, une grande partie du stock de cigarettes a été volée, pour une valeur totale de près de 30 000 francs par effraction. «Et pourtant nous sommes installés dans les locaux d’une ancienne banque aux murs épais, auxquels nous avons ajouté des grilles, des portes blindées et d’autres protections», déclare le détaillant indépendant qui n’en revient toujours pas.

C’est justement parce qu’il était établi dans une ancienne banque bien sécurisée qu’Ernst Gähler pensait après chaque cambriolage qu’il n’avait plus qu’à «combler cette dernière faille» pour que le magasin soit impénétrable. Peine perdue: la fois d’après, les voleurs réussissaient à nouveau leur coup. Ils sont entrés par la gaine d’aération, par la porte de derrière, par l’entrée principale et de nouveau par la gaine d’aération, malgré toutes les précautions prises. «Nous avions toujours un temps de retard. Nous avons eu affaire à de vrais pros», affirme le détaillant avec conviction. Il suppose même que durant l’une des effractions, les voleurs ont retiré les vis d’une grille, en prévision du prochain casse. Après le dernier cambriolage, l’homme de 60 ans en a eu assez: il a fait installer une alarme, pour laquelle il a investi près de 20 000 francs. Depuis, il a la paix.

Les fêtes, une période à risque

Comme le magasin d’Ernst Gähler, quelque 10 000 entreprises, auxquelles s’ajoutent 20 000 ménages privés, sont victimes de cambriolages chaque année en Suisse. Si les voleurs s’en prennent aux particuliers surtout en hiver, aucune tendance saisonnière ne se dégage concernant les entreprises: le danger est à peu près le même toute l’année. Seule la période de Noël enregistre une hausse notable, aussi bien chez les particuliers que chez les entreprises, car les malfaiteurs profitent des fêtes de fin d’année, quand personne n’est là pour veiller au grain. 

Les cambrioleurs ont une prédilection pour l’argent et les objets faciles à écouler. «Dans les ménages privés, le butin est généralement constitué d’espèces, de bijoux et de montres de valeur», explique Brigitte Lanz, inspectrice de sinistres chez AXA. Dans les entreprises, les voleurs procèdent souvent de manière très ciblée. Ils font main basse sur tout ce qui pourra être vendu rapidement: des outils dans les entreprises de construction, des mouvements précieux chez les horlogers, des ordinateurs et écrans chez les éditeurs de logiciels – et dans les kiosques, les stations-service ou justement les petites surfaces, ils dérobent des cigarettes et de l’alcool.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le plus grand préjudice ne résulte pas du vol en lui-même, mais de la détérioration des bâtiments et des aménagements intérieurs. Car pour accéder rapidement aux objets de valeur, les cambrioleurs sont tout sauf délicats avec les locaux et le mobilier.

Petit butin, gros dégâts

Brigitte Lanz l’a constaté à maintes reprises: «dans un cas que j’ai eu à traiter, des voleurs avaient pénétré dans les bureaux d’une société, mais n’avaient trouvé que 500 francs dans la caisse pour le café. Furieux, ils ont attrapé deux extincteurs à poudre et ont fait le tour des bureaux. Ils les ont vidés sur les ordinateurs, les chaises, les tables, le sol, les luminaires, tout. Le montant des dommages s’élevait à près de 80 000 francs. Pour un butin de 500 francs», raconte-t-elle, dépassée par ce vandalisme absurde.

Par chance, les dégâts matériels ont été limités dans le magasin d’Ernst Gähler. Et sur le plan psychologique, son équipe et lui s’en sont heureusement bien remis. Mais une chose est sûre pour lui: «Si c’était à refaire, j’installerais tout de suite un système d’alarme. C’est le seul moyen de dormir sur ses deux oreilles.»            

Texte original publié dans «Mon Enterprise», le magazine PME d’AXA

 

Les portes et fenêtres doivent être verrouillées

Robert Loser*, comment une entreprise peut-elle se protéger des cambrioleurs?

En général, on détermine le degré de protection nécessaire en fonction de la valeur des marchandises et des risques de cambriolage. Ensuite, on peut sécuriser le bâtiment, en ajoutant par exemple une protection anti-effraction aux portes et aux fenêtres. Selon les cas, il peut être judicieux d’installer une alarme. Mais avant tout, il faut avoir les bons gestes et notamment verrouiller les portes et fenêtres. Il s’agit en fin de compte de ralentir le cambriolage. Car plus le voleur a besoin de temps, plus le risque qu’il se fasse prendre est grand, ce qui peut l’amener à abandonner son projet. Après, les objets de valeur ne devraient pas être stockés en trop grand nombre dans une entreprise. Les sociétés qui brassent beaucoup d’argent liquide devraient effectuer des dépôts quotidiens à la banque. Et pour information: les corps de police cantonaux et municipaux disposent d’experts que l’on peut consulter sur les questions de sécurité.

Quelle est la meilleure façon de garder des valeurs pécuniaires et des objets coûteux dans une entreprise?

Pour protéger des objets de valeur, il faut les mettre sous clé. Mais les coffres-forts disponibles dans le commerce ne sont pas tous fiables; certains sont faciles à forcer. Il est conseillé de consulter son assureur avant l’achat, car ils doivent parfois remplir certaines conditions pour que les valeurs soient aussi assurées après un cambriolage. Il existe différents niveaux de protection, et il faut donc faire le bon choix. Par ailleurs, le coffre-fort doit être encastré dans le mur et placé à un endroit adapté pour éviter qu’on puisse tout simplement partir avec. S’il y a de nombreux objets de valeur dans un magasin, par exemple dans une bijouterie, un concept de sécurité complet, développé avec un expert AXA, est de toute façon nécessaire.

Que dois-je faire si je prends un cambrioleur en flagrant délit?

Vous ne devez en aucun cas essayer d’arrêter le voleur ou de jouer les héros. Vous ne savez pas jusqu’où peut aller un malfaiteur. Éloignez-vous et avertissez immédiatement la police. Si vous en avez la possibilité sans vous exposer, essayez de mémoriser le profil de la personne, la marque de la voiture ou la plaque de contrôle.

 

* Robert Loser dirige le Center of Competence Sinistres Choses chez AXA.

 

  • Teaser Image
    Magazine de la clientèle «Mon Entreprise»

    Le magazine d’AXA vous donne, trois fois par an, des informations pertinentes liées à votre activité d’entrepreneur de PME.

    EDITION ACTUELLE

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données