Trend

AXA Future Risk Report 2020: la crise du coronavirus éclipse le changement climatique

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager par e-mail

AXA a publié ce jour la septième édition de son classement annuel des dix principaux risques émergents. Si, à l’échelle mondiale, le Future Risk Report 2020 est dominé par la crise sanitaire, le changement climatique reste perçu comme le risque n° 1 en Europe. À noter que, malgré sa position au centre du continent, la Suisse ne se situe pas toujours dans la moyenne européenne.

«Comprendre et anticiper les risques sont au cœur du métier d’assureur. Le Future Risks Report d’AXA est un outil essentiel pour mieux éclairer et nous préparer aux grandes tendances de risques impactant nos sociétés», a déclaré aujourd’hui à Paris Thomas Buberl, CEO du Groupe AXA, à l’occasion de la publication du rapport 2020.

Sans grande surprise, l’ombre de la crise mondiale liée à la COVID-19 plane sur l’édition 2020 du rapport d’AXA. Les risques liés aux pandémies et aux maladies infectieuses, qui étaient jusqu’ici sous-estimés, sont ainsi remontés de la huitième à la première place par rapport à l’an dernier. Vient en deuxième place le changement climatique, qui dominait le classement depuis quelques années.

Si la crise climatique reste le risque majeur en Europe, elle est rétrogradée au troisième rang en Asie et en Amérique. Cette régression est particulièrement marquée en Amérique du Nord, où la part d’experts qui considèrent le changement climatique comme la principale menace a chuté de 71% en 2019 à seulement 46%. «Cette septième édition du rapport est logiquement marquée par le contexte exceptionnel de la pandémie de la COVID-19. Elle place la santé comme un enjeu majeur, une évolution positive car nous jugions ce risque sous-estimé depuis des années. Mais il ne faudrait pas que cette évolution se fasse au détriment de la lutte contre le changement climatique qui reste le défi le plus important de notre époque», a souligné le CEO d’AXA.

La face sombre de la digitalisation

Les risques liés à la cybersécurité, qui arrivent en troisième position, gagnent quant à eux en importance aux yeux des personnes interrogées. Les raisons tiennent entre autres à l’utilisation toujours plus répandue des nouvelles technologies et à l’explosion des attaques informatiques pendant la crise du coronavirus. Les personnes interrogées se disent surtout préoccupées par le risque croissant de cyberguerre: 47% des experts y voient à présent la principale menace, contre seulement 37% en 2019.

En lien avec cette menace de cyberguerre, les risques géopolitiques pointent au quatrième rang, juste devant le risque de troubles sociaux, qui a pris de l’ampleur dans le sillage de la crise économique mondiale.

«Comme l’année passée, l’édition de cette année met en évidence l’interconnexion croissante des risques, appelant des solutions collectives et concertées pour renforcer la résilience de nos économies et de nos sociétés», a commenté Thomas Buberl.

Moindre aversion au risque en Suisse

Les participants basés en Suisse considèrent, contrairement à ceux de nombreux autres pays, que le changement climatique constitue pour l’avenir un risque plus grave que celui lié aux pandémies et aux maladies infectieuses. Au cours des cinq à dix prochaines années, notre société devra surtout faire face selon eux à la crise climatique, devant les risques sanitaires et les problèmes de cybersécurité. Par ailleurs, 40% des experts suisses estiment que les risques inhérents aux ressources naturelles et à la biodiversité sont grands, contre seulement 22% en moyenne mondiale.

Mais les réponses suisses aux questions de l’enquête s’écartent également de la moyenne sur de nombreux aspects personnels. Elles dénotent en effet une attitude moins timorée et la sensation d’une moindre vulnérabilité aux risques émergents par rapport à bon nombre d’autres pays. Les personnes sondées sont ainsi 61% à déclarer prendre des risques d’une manière générale, le pourcentage le plus élevé en Europe. De même, elles ne sont que 20% à se sentir souvent en danger dans leur quotidien, contre 44% au niveau mondial. De plus, elles jugent l’influence des risques sur leur santé physique et psychique et sur le bien-être de leurs enfants nettement moins problématique que la moyenne mondiale.

En ce qui concerne la crise du coronavirus également, les Suisses sont plus détachés que le reste de la communauté internationale. À la question relative aux enseignements personnels qu’ils ont tirés de la crise sanitaire, 71% des sondés – contre 83% en moyenne mondiale – ont indiqué vouloir accorder plus d’attention à leur santé psychique à l’avenir. Dans le même ordre d’idées, ils ne sont que 43% – contre 66% au niveau mondial – à avoir l’intention d’épargner davantage.

 

Webinar

Visionner la table ronde sur l’AXA Future Risk Report:

 

Informations complémentaires

AXA publie aujourd’hui la 7e édition de son Future Risk Report. Cette étude mondiale mesure et classe l’évolution de la perception des risques émergents. Avec le concours de l’institut d’études IPSOS et du cabinet de conseil d’analyses géopolitiques EURASIA, plus de 20 000 personnes dans le monde, mêlant un panel d’experts en gestion des risques et l’opinion publique, ont été interrogées. 

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy