myAXA Login
Santé

Transports d’urgence: qui prend en charge les coûts d’intervention de la Rega ou de l’ambulance?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Les transports d’urgence reviennent très cher. Les personnes concernées tombent souvent des nues quand elles découvrent le montant restant à leur charge, bien qu’elles soient assurées. Nous avons réuni dans une check-list les principales informations à connaître à ce sujet. 

Une pile de courrier sous le bras, Lisa boitille jusqu’à son canapé. Après avoir surélevé sa jambe droite, elle décachette nerveusement l’enveloppe arborant le logo de son assureur de base et en sort une facture qu’elle attendait avec appréhension depuis plusieurs semaines. Lisa lit le courrier en diagonale. La facture de la Rega se monte en tout à 4270 francs! Lisa laisse échapper un profond soupir, car son assurance de base ne prend en charge que la moitié de ces frais de sauvetage. Comment va-t-elle s’acquitter de sa part, à laquelle s’ajoutent la franchise et la quote-part liées à son hospitalisation imprévue?

Secours en montagne: l’assurance de base ne couvre que 50%

Après les examens de fin de semestre, Lisa avait prévu de s’offrir un week-end de détente en montagne avant de passer tout l’été dans l’EMS où elle avait déjà travaillé. C’est lors de la descente qu’elle a trébuché et s’est cassé le pied. L’incident s’est produit dans un lieu difficile d’accès, si bien que l’intervention en hélicoptère a pris énormément de temps, ce qui a fait gonfler la facture. Bilan: les projets de Lisa sont réduits à néant, tout comme ses maigres économies.
Le problème, c’est que l’étudiante ne travaille qu’à titre temporaire et est donc assurée contre les accidents par son assurance de base. Or celle-ci ne paie que 50% des coûts de transport, jusqu’à concurrence d’un plafond annuel (voir check-list).

Un trajet en ambulance qui coûte cher

Si vous êtes assuré contre les accidents par votre employeur, et non par votre assurance de base, vous êtes mieux loti que Lisa: l’assurance-accident prend en charge l’intégralité des frais de transport.  Mais un transport de sauvetage peut tout de même vous coûter cher, par exemple s’il s’agit d’un lumbago, d’une crise d’asthme ou d’un infarctus du myocarde. Car, en cas de maladie, c’est l’assurance de base qui est compétente, et elle vous répercutera au moins 50% des coûts. Mais lors d’un transport en ambulance aussi, l’ardoise peut vite grimper. Selon la région, elle peut aller jusqu’à 2000 CHF. De plus, ce montant étant soumis à la participation aux coûts, la franchise et la quote-part s’appliquent également.

Le statut de donateur de la Rega n’est pas une assurance

Si Lisa avait été donatrice de la Garde aérienne suisse de sauvetage Rega, elle se serait épargné quelques tracas. De fait, la Rega peut faire grâce des coûts de sauvetage à ses donateurs si son intervention n’est pas – ou pas entièrement – couverte par les assurances. Il s’agit toutefois d’une prestation à bien plaire de la part de la Rega, qui ne confère aucun droit en tant que tel. Il ne faut donc pas assimiler le statut de donateur de la Rega à une assurance complémentaire. De plus, il se peut que la Rega ne puisse pas se déplacer parce qu'elle est déjà en intervention. Dans ce cas, une autre entreprise de sauvetage prend le relais. Le statut de donateur de la Rega n’est alors d’aucun secours.
De nombreuses assurances complémentaires comblent la lacune de couverture pour ce qui est des coûts de transport et de sauvetage. L’ assurance complémentaire d’AXA prend ainsi en charge tous les coûts jusqu’à concurrence de 100'000 CHF en Suisse et 100% des frais à l’étranger (opérations de sauvetage, transport et rapatriement). Les assurances de voyage constituent une alternative aux assurances complémentaires: la souscription du module «Assistance aux personnes» vous garantit le remboursement des coûts de sauvetage, de recherches et de transport. Lisa aurait donc eu tout intérêt à avoir une assurance complémentaire, malgré – ou à cause de – son budget serré.

Check-list frais de transport et de sauvetage

Accident ou maladie?

  • En cas d’accident, l’assurance-accident de votre employeur s’acquitte de 100% des coûts de transport, contre seulement 50% pour l’assureur de base.
  • En cas de  maladie, l’assurance de base prend en charge 50% des coûts:
    • S’il s’agit d’un transport, la contribution maximale est de 500 CHF par an.
    • Dans le cas d’un sauvetage, contribution maximale est de 5000 CHF par an.

Les lacunes qui en découlent peuvent être comblées à l’aide d’une assurance-maladie complémentaire ou d’une assurance voyage.

Transport ou sauvetage

  • Le transport désigne le fait d’emmener un patient sur son lieu de traitement, et exige donc la présence de personnel médical pendant le transfert.
  • Le sauvetage signifie que le patient doit être sauvé d’une situation dans laquelle sa vie est menacée.

Suisse ou étranger?

  • L'assurance de base participe également aux coûts d’un transport survenu à l’étranger. Les conditions applicables sont les mêmes qu’en Suisse.
  • Elle ne contribue en revanche pas aux coûts d’un sauvetage à l’étranger. 
  • Les recherches, récupérations et rapatriements à l’étranger ne sont pas non plus couvertes par l’assurance de base.

Les lacunes peuvent être comblées à l’aide d’une assurance-maladie complémentaire ou d’une assurance voyage.

En parcourant notre blog, vous découvrirez à quels autres aspects faire attention en cas de maladie ou d’accident à l’étranger.

Articles apparentés

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données