Tout savoir sur le GP Challenge 2020

Deux hommes et deux jambes, pour un défi hors du commun: en 30 jours, Lars Kyprian et Rüdiger Böhm vont parcourir une distance de 2020 milles marins sur un catamaran pour relier Gibraltar à Palerme. La particularité de ce challenge? Rüdiger a perdu ses deux jambes dans un accident. Retrouvez ici tous les détails et les dernières informations sur le GP Challenge 2020.

Fin prématurée du GP Challenge 2020

Trois pays, 29 jours en mer, 2070 kilomètres parcourus et une destination extraordinaire qui se rapprochait de plus en plus. Mais jeudi dernier, le 24 septembre 2020, le GP Challenge 2020 a pris soudainement fin en son 29e jour.

Malheureusement, la pandémie a eu raison des projets de nos marins et de l’équipage. Après avoir franchi la frontière italienne par la mer, ils n’ont pas pu accoster en Italie pour installer leur campement, à cause des dernières restrictions sanitaires. Le pays venait en effet de fermer ses frontières aux voyageurs en provenance de France. Nos navigateurs ont été contraints de rebrousser chemin et de rentrer en France le soir même, malgré le gros temps. Quel exploit!

Nous regrettons que Lars et Rüdiger ne puissent plus naviguer jusqu’à Palerme, mais nous sommes incroyablement fiers de ce qu’ils ont accompli durant tout ce mois. En dépit des nombreux obstacles, ils n’ont jamais perdu leur sens de l’humour ni leur engouement pour leur projet. Leur meilleur jour, ils ont parcouru 123 km et ont passé jusqu’à 10 heures d’affilée sur leur petit catamaran de sport de 2×2 mètres. Tempêtes, orages, calme plat, forte houle, pluie, avarie, etc. leur ont donné du fil à retordre pendant près d’un mois. Ils ont toujours gardé leur objectif en vue. Une seule pensée les animait: «Nous allons réussir!» Parce que c’est le fait de croire en soi qui permet d’aller plus loin et de réaliser l’inimaginable.

Nous attendons avec impatience leur retour ainsi que le reportage exclusif sur l’ensemble du Challenge, le projet de documentaire et tout ce qui peut encore venir. Tous deux ont prouvé ce qu’il est possible d’accomplir en faisant preuve de courage et de persévérance. Leur exemple aura inspiré de nombreuses personnes qui tenteront de surmonter leurs propres limites. Nous leurs souhaitons un bon voyage de retour et beaucoup de repos.

Know You Can.

Extraits du journal de bord du GP Challenge 2020

Le coup d’envoi a été donné le 28 août 2020: Lars Kyprian et Rüdiger Böhm ont entamé une spectaculaire aventure sur leur catamaran qui devait les mener de Gibraltar à Palerme. Ils nous ont tenus en haleine chaque jour grâce à leur journal de bord, avant que les mesures liées au coronavirus ne mettent prématurément un terme au GP Challenge 2020, peu avant l’arrivée.

Toute l’équipe de Lars Kyprian et de Rüdiger Böhm vous remercie de votre soutien! 

© Michele Di Fede

Dernières infos: 28e jour – mercredi 23 septembre 2020

C’est le 28e jour de notre challenge, et après notre véritable douche froide d’hier, nous avons connu une journée superbe sur l’eau! Même si nous avons dû nous faire remorquer brièvement ce matin pour rattraper le vent, le reste de la journée a été parfait. Étant donné qu’à midi, nous avions déjà atteint notre étape, à savoir Saint-Tropez, nous avons continué sur notre lancée et sommes directement allés à Cannes. Cela nous fait près de 130 km parcourus en une journée! Nous sommes pleins d’enthousiasme et impatients de voir si nous pourrons atteindre la frontière italienne demain. La suite au prochain épisode! 

© Michele Di Fede

Dernières infos: 27e jour – mardi 22 septembre 2020

Quel changement soudain! Ce matin, peu après avoir quitté le port du Brusc, nous avons vu arriver plusieurs orages et nous étions cernés par les éclairs et les vents forts. Nous avons vite trouvé refuge au premier cap et, après avoir repris dix milles nautiques à peine, avons accosté dans le port suivant. L’orage continuait à faire rage et la pluie était si forte que l’eau envahissait les rues des Sablettes. Mais jugez-en par vous-mêmes! Nous nous arrêtons là pour aujourd’hui et faisons sécher nos affaires à l’hôtel, une fois n’est pas coutume, à cause du mauvais temps.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 26e jour – lundi 21 septembre 2020

Après avoir pu remplacer la dérive de notre catamaran, nous avons eu une journée nettement meilleure. Le vent soufflait dans la bonne direction et nous avons bien avancé. Pourvu que ça dure! Demain, nous mettrons le cap vers le nord pour rejoindre la frontière italienne.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 25e jour – dimanche 20 septembre 2020

Nous avons enfin pu reprendre la mer, mais pour entrer en collision sous l’eau avec un gros poisson ou quelque chose de similaire, ce qui a brisé une dérive. Heureusement, nous étions bien préparés et avions suffisamment de pièces détachées pour réparer dans les meilleurs délais. Nous pourrons remettre les voiles demain et nous diriger vers Toulon.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 24e jour – samedi 19 septembre 2020

Notre pause forcée à Sète se poursuit. Le vent est trop fort et les vagues, trop imprévisibles. Vous pouvez voir ici quelle vue nous avons ce matin depuis la plage. Au moins, nous aurons eu le temps de faire la lessive. 

© Michele Di Fede

Dernières infos: 23e jour – vendredi 18 septembre 2020

Hier soir, nous avons dressé le camp à Sète. Le vent s’est nettement renforcé aujourd’hui, de sorte qu’il aurait été dangereux de prendre la mer. Comme nous n’avions qu’une fenêtre de deux ou trois heures avant que le vent ne forcisse trop, nous avons décidé de nous plier aux caprices de Dame Nature et de rester à Sète. Apparemment, la situation devrait s’améliorer pendant les quatre ou cinq jours à venir, avant trois jours de mistral qui nous enverra des rafales pouvant atteindre une force 9 sur l’échelle de Beaufort. Si ces prévisions se maintiennent, le mistral nous obligera de nouveau à faire une pause et nous devrons même mettre le catamaran à l’abri sur la terre ferme.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 22e jour – jeudi 17 septembre 2020

Maintenant que nous sommes en France, nous mettons le cap sur le Golfe du Lion, en direction de Marseille. Cette ville est trop loin pour le moment, mais nous sommes en bonne voie! 

Dernières infos: 21e jour – mercredi 16 septembre 2020

Quelle journée! Peu avant de terminer l’étape du jour, nous avons passé la frontière française, ce qui n’a pas été une mince affaire, car nous avions tout d’abord énormément de brouillard et n’arrivions quasiment pas à avancer. Heureusement que le bateau à moteur nous accompagnait! Lorsque le brouillard s’est dissipé au bout de trois bonnes heures, le soleil est réapparu, mais aussi le vent, ce qui nous a permis de passer la frontière.  

© Michele Di Fede

Dernières infos: 20e jour – mardi 15 septembre 2020

La journée d’hier et celle d’aujourd’hui ont commencé par quelques difficultés. Du fait de l’absence de vent, nous avons dû nous faire remorquer afin de rattraper une fenêtre de vent. Ensuite, nous avons profité d’un agréable vent latéral et avons eu la chance de longer la ville de Barcelone... Magnifique! Puis juste après, nous avons atteint El Masnou, notre port de destination.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 19e jour – lundi 14 septembre 2020

La journée d’hier et celle d’aujourd’hui ont commencé par quelques difficultés. Du fait de l’absence de vent, nous avons dû nous faire remorquer afin de rattraper une fenêtre de vent. Ensuite, nous avons profité d’un agréable vent latéral et avons eu la chance de longer la ville de Barcelone... Magnifique! Puis juste après, nous avons atteint El Masnou, notre port de destination.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 18e jour – dimanche 13 septembre 2020

Aujourd’hui, nous attendons de voir ce que la météo nous réserve. Aucun vent n’est prévu pour le matin, mais il devrait se lever dans le courant de la journée. Quoi qu’Éole décide, nous en tirerons le meilleur parti et nous aurons toujours notre objectif en tête! Tout est possible quand on prend les choses du bon côté. Bon dimanche à tous.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 17e jour – samedi 12 septembre 2020

17e jour sur l’eau et les prévisions pour aujourd’hui ne sont pas folichonnes: pas de vent du tout le matin et un peu dans l’après-midi. Nous avons décidé de tenter notre chance et d’appareiller en direction de Barcelone. Et la chance nous a souri. Le vent a finalement été constant – ni trop fort, ni trop faible – et dans la bonne direction. Nous avons parcouru une bonne centaine de kilomètres et atteint notre destination à Ametlla de Mar. Si nous pouvions avoir d’autres journées comme celle-ci, ce serait génial!

© Michele Di Fede

Dernières infos: 16e jour – vendredi 11 septembre 2020

Les prévisions météo d’hier se sont trompées: ce matin, c’était calme plat. Puis un vent faible s’est levé et nous avons navigué aussi longtemps que possible. Alors que notre destination était en vue, le vent nous a encore laissé tomber et nous avons dû être remorqués jusqu’au port. Depuis hier, Lars souffre d'une légère allergie au soleil qui, espérons-le, devrait disparaître rapidement.

Dernières infos: 15e jour – 10 septembre 2020

La nuit dernière, il n’a pas arrêté de pleuvoir dans notre camping. Nos cameramen, qui dorment habituellement à la belle étoile, ont dû monter leurs tentes à la nuit tombée. Il fait aussi moins chaud le matin, ce qui nous force à enfiler nos combinaisons en néoprène encore humides avant de commencer une nouvelle étape. Mais cela ne gâche pas notre humeur et nous ne nous laissons pas abattre pour autant. Si le vent souffle aujourd’hui comme prévu, nous devrions pouvoir bien avancer et couvrir un bon nombre de kilomètres. Vive l’aventure!

© Michele Di Fede

Dernières infos: 14e jour – mercredi 9 septembre 2020

Nous avions envisagé beaucoup de choses pour aujourd’hui, car les prévisions de vent étaient excellentes. Mais nous avons dû revoir nos plans, car elles étaient totalement inexactes. Au début, un léger vent arrière nous portait tranquillement. Peu de temps après, le vent a tourné, si bien que nous avons dû louvoyer pendant trois à quatre heures. Dans la baie de Valence, la situation s’est améliorée, mais nous avons essuyé du mauvais temps à la hauteur de la ville. Nous avons alors décidé de nous abriter dans le port le plus proche. Heureusement, le mauvais temps s’est déplacé et nous avons pu naviguer quelques kilomètres de plus. À Pobla Marina, notre destination, nous avons failli essuyer un nouvel orage. 

© Michele Di Fede

Dernières infos: 13e jour – mardi 8 septembre 2020

Quelle journée mouvementée! Les conditions de vent ont été extrêmement difficiles aujourd’hui avec, pour commencer, des rafales très fortes de vent contraire. Par la suite, le vent a tourné légèrement, mais les conditions sont restées difficiles. Alors que le vent soufflait à 2 sur l’échelle de Beaufort, des rafales de 7 Beaufort nous ont surpris. Un peu avant Javea, un front de pluie s’est formé devant nous, nous obligeant à chercher abri dans une anse le long de la côte rocheuse. Nous y avons pris notre mal en patience environ une heure sous une pluie battante. Dans ces conditions, nous avons dû une nouvelle fois nous faire remorquer, cette fois jusqu’au port de Javea, alors que le froid s’abattait sur nous. Une fois plus ou moins réchauffés, nous nous sommes remotivés pour reprendre la mer. Après quelques kilomètres de forte houle, poussés par un agréable vent latéral, nous avons pu rejoindre Oliva à pleine vitesse. 

© Michele Di Fede

Dernières infos: 12e jour – lundi 7 septembre 2020

Calme plat aujourd’hui. Nous avons dû nous résoudre à être remorqués par notre équipe d’assistance, avant qu’un vent fort ne se lève. Peu avant les premières rafales, nous sommes arrivés au port d’Altea, où nous avons reçu un accueil très chaleureux du club de régate. Dans l’ensemble, nous avons rencontré des personnes incroyablement sympathiques dans chaque port et nous recevons beaucoup d’encouragements.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 11e jour – dimanche 6 septembre 2020

Ce matin, le vent s’est fait attendre longtemps. C’est pourquoi nous sommes partis assez tard, aux alentours de 10 heures. Le vent continuait de souffler de face, mais nous avons pu avancer en n’effectuant que trois virements de bord. Puis, dans la baie d’Alicante, le vent a enfin tourné et nous a permis de bien avancer sans devoir beaucoup manœuvrer. Mais cela signifiait aussi être assis pendant sept bonnes heures sur la même fesse! Peu après Alicante, nous avons dressé le camp pour la nuit. Le moral de l’équipe reste bon: chacun a trouvé ses marques, chacun sait ce qu’il a à faire, et même si les journées sont difficiles, la bonne humeur et la joie sont toujours au rendez-vous, comme le montrent nos vidéos quotidiennes sur Instagram

© Michele Di Fede

Dernières infos: 10e jour – samedi 5 septembre 2020

La matinée a commencé fort pour nos deux sportifs qui ont dû contourner un passage particulièrement délicat près de Carthagène tout en luttant contre le vent de face et une forte houle. Mais une fois cette difficulté passée, nous avons pu parcourir 25 km et terminer la journée avec la plus longue étape depuis le début. Une journée très réussie, donc, dont nous pouvons être satisfaits. 

© Michele Di Fede

Dernières infos: 9e jour – vendredi 4 septembre 2020

Le neuvième jour a été un jour de repos forcé mais bien mérité, car le vent de face était vraiment trop fort. C’était à la fois dommage et bénéfique puisque nous en avons profité pour «panser nos plaies» et nous reposer un peu. Au vu des conditions météo d’aujourd’hui, nous n’aurions pas pu parcourir plus de 30 km, et nous aurions dû prendre trop de risques. Nous espérons pouvoir avancer demain afin de mettre le cap sur le nord et, avec un peu de chance, ne plus avoir le vent de face.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 8e jour – jeudi 3 septembre 2020

L’équipe du GP Challenge 2020 doit encore affronter des vents contraires, mais elle a malgré tout réussi à bien avancer aujourd’hui. Vers la fin de l’étape, toutefois, le vent était si fort que nous avons dû faire escale dans un port plus tôt que prévu.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 7e jour – mercredi 2 septembre 2020

Au matin du septième jour... le vent et le temps semblaient être un peu plus conciliants. Notre équipe avait de nouveau le vent de face, mais elle a pu avancer et même atteindre l’étape du jour. Elle a été récompensée par une vue superbe, pendant toute la journée, sur les falaises et les côtes rocheuses. L’équipe de ravitaillement, désormais stationnée à Garrucha, est aux petits soins pour nos sportifs, et l’ambiance générale reste excellente, de même que la motivation! Dans l’esprit de «Know You Can», Rüdiger a consigné aujourd’hui dans son journal de bord: «Nous poursuivons la lutte!» AXA leur souhaite bonne chance. 

© Michele Di Fede

Dernières infos: 6e jour – mardi 1er septembre 2020

Décidément, Éole semble vouloir bouder notre équipe. Après un départ rapide et plein d’espoir depuis la plage où se trouvait notre bivouac, le vent est tombé et le catamaran peinait à avancer. Puis, au beau milieu du golfe d’Almeria, plus un seul souffle, calme plat. Nos deux héros durent être remorqués et ramenés à terre juste avant la tombée de la nuit afin d’éviter de naviguer de nuit. Nous espérons que le vent leur sera favorable demain, alors que nous mettrons le cap vers le nord-est.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 5e jour – lundi 31 août 2020

Une nouvelle semaine commence, et notre équipe est bien partie de Calahonda. Mais dans la matinée, elle s’est trouvée immobilisée pendant près de trois heures par manque de vent. L’après-midi, celui-ci s’est intensifié jusqu’à se transformer en tempête, ce qui obligea Lars et Rüdiger à s’échouer en urgence sur la plage, quatre kilomètres avant l’étape prévue. Mais leur catamaran a pu être transporté directement sur le terrain de camping, où l’équipe de ravitaillement attendait nos héros à grand renfort de gambas et de salade de pommes de terre.

© Michele Di Fede

Dernières infos: 4e jour - dimanche 30 août 2020

Rüdiger Böhm et Lars Kyprian ont passé pratiquement toute cette quatrième journée à louvoyer, c’est-à-dire naviguer contre le vent, parcourant près de 70 km au trapèze.  Après un total de plus de 100 km, ils ont finalement pu établir leur campement à Calahonda. 

© Michele Di Fede

Dernières infos3e jour - samedi 29 août 2020

Quelle journée! Aujourd’hui, nos aventuriers ont littéralement survolé la baie de Torre Del Mar. Malgré les avis de vents forts, il ne leur a fallu que 2 heures et 50 minutes pour traverser la baie. Ils ont enfin pu s’octroyer quelques plongeons rafraîchissants le soir.

© Michele Di Fede

Dernières infos2e jour - vendredi 28 août 2020

Notre équipage a également connu des conditions extrêmes en ce deuxième jour. Un vent de force 7 sur l’échelle de Beaufort a exposé le petit catamaran de sport à des vagues atteignant jusqu’à 3 mètres de haut! Le téléphone portable du photographe n’y a pas survécu, et les deux cameramen, victimes d’un violent mal de mer, ont nourri les poissons.
Puis subitement, ce fut le calme plat durant deux heures. C’est exténués qu’ils n’ont une nouvelle fois pu monter leur camp que tard le soir. 

© Michele Di Fede

Dernières infos1er jour - jeudi 27 août 2020

Nos deux navigateurs Lars Kyprian et Rüdiger Böhm ont entamé ce GP Challenge 2020 de manière fulgurante, mais ont également dû faire face à de graves problèmes. À peine avaient-ils pris la mer que la poulie d’écoute de grand-voile (qui sert à manœuvrer la grand-voile) s’est cassée en raison de vents de force 6-7 sur l’échelle de Beaufort (jusqu’à 61 km/h). Il leur a fallu la réparer avec les moyens du bord.
Le vent a ensuite commencé à faiblir, jusqu’au calme plat dans l’après-midi. L’équipage n’a pu établir son campement que vers 22h00, peu avant Estepona.

© Michele Di Fede

Quelle distance vont-ils parcourir sur leur catamaran?

2020 milles marins séparent Gibraltar de Palerme.

Histoires en coulisses

Découvrez comment l’idée du GP Challenge a germé dans l’esprit de Lars Kyprian et de Rüdiger Böhm.

  • Teaser Image
    Site officiel: GP Challenge 2020 | 2 men – 2 legs

    Sur leur site (en allemand et en anglais) dédié au GP Challenge 2020, Lars Kyprian et Rüdiger Böhm vous en apprendront plus sur leur incroyable défi.

    Accéder à la page officielle du GP Challenge

Pourquoi AXA soutient-elle le GP Challenge 2020?

Avec le GP Challenge 2020, une aventure hors du commun, Lars Kyprian et Rüdiger Böhm souhaitent prouver que tout est possible. Des valeurs qu’AXA partage, raison pour laquelle elle soutient ce projet ambitieux dans le cadre de sa campagne «Know You Can». Avec cette campagne, AXA encourage les personnes qui savent qu’elles réussiront ce qu’elles entreprennent. La confiance en soi, la force de volonté et la persévérance sont le fondement du succès. 

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Login Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter myAXA FAQ

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données / Cookie Policy © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d’analyse en vue d’améliorer votre expérience d’utilisateur, pour vous présenter des publicités personnalisées d’AXA et de ses entreprises publicitaires partenaires, et pour activer les fonctions de médias sociaux. Si vous utilisez Internet Explorer 11, vous ne pouvez pas modifier les paramètres des cookies dans notre Centre de préférence des cookies. Pour modifier les paramètres, veuillez utiliser un navigateur plus récent. En consultant notre site Internet au moyen de ce navigateur, vous acceptez l’utilisation de cookies. Protection des données / Cookie Policy