myAXA Login
Fondation et innovation

«Les créatrices d’entreprise devraient être plus visibles» – Entretien avec Sunnie Groeneveld

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Après avoir étudié l’économie aux Etats-Unis et travaillé dans la Silicon Valley, Sunnie Groeneveld a fondé en Suisse son propre cabinet de conseil dans le domaine du numérique. Dans notre émission télévisée «Combat d’idées», elle va, avec Pascal Mathis, à la rencontre des start-up suisses et les aide à se lancer. 

En temps normal, elle ne démarre pas ses journées de manière aussi détendue, explique Sunnie Groeneveld, attablée au café zurichois Sphères devant une tasse de café et un jus d’orange. «Je suis plutôt du genre à être souvent à la bourre, à devoir piquer un sprint pour ne pas rater le bus», reconnaît ce chef d’entreprise en souriant. Sa vie professionnelle aussi, elle la mène tambour battant. La jeune femme de 29 ans a étudié l’économie à l’université de Yale avant de partir travailler dans la Silicon Valley. Là, elle a surtout été impressionnée par l’attitude positive vis-à-vis des start-up. «Là-bas, lorsque l’on présente une nouvelle idée, elle est généralement accueillie par un ‘go for it!’», raconte Sunnie Groeneveld. Ailleurs, la première réaction consiste souvent à chercher les raisons pour lesquelles une innovation est susceptible d’échouer. Ce pessimisme, elle en a aussi fait l’expérience dans notre pays. Selon elle, la Suisse gagnerait à aller davantage de l’avant et à être plus ouverte aux idées novatrices.

Résumer brièvement la success story de Sunnie Groeneveld est quasiment une gageure. A l’âge de 25 ans, après avoir travaillé aux Etats-Unis, elle a fondé Inspire 925, une société dotée d’une vision du monde du travail dans lequel le fort engagement des collaborateurs est une réalité au quotidien grâce aux innovations numériques. C’est sur cette idée également que repose sa seconde start-up: LunchLottery, une solution SaaS dont l’algorithme de matching intelligent amène les collaborateurs de grandes sociétés à se retrouver autour du repas de midi, tous départements et niveaux hiérarchiques confondus. Sunnie Groeneveld est par ailleurs conférencière, animatrice, auteur, membre de conseils d’administration et vice-présidente du Conseil de fondation de Pro Zukunftsfonds Schweiz. A travers son engagement auprès de Pro Zukunftsfonds Schweiz, elle poursuit un objectif clair: «Je souhaite que les caisses de pension suisses investissent un pourcentage à un chiffre de leur fortune dans un fonds de fonds pour les jeunes entreprises hautement évolutives. Ainsi, les caisses de pension auraient la possibilité d’atteindre un bon rendement avec un risque largement diversifié tout en renforçant la viabilité du pôle d’innovation suisse.»

Courage et persévérance: telle est la recette du succès des jeunes entreprises

Lorsqu’on lui demande sa propre recette du succès, Sunnie Groeneveld insiste sur l’importance d’évoluer et de fixer des priorités. Avoir la fibre entrepreneuriale, c’est aussi faire preuve de persévérance et oser sortir des sentiers battus. C’est ce qu’elle conseille aux créateurs d’entreprise: «Il faut avoir le courage, même dans des situations incertaines, d’aller de l’avant et de ne rien lâcher même si les choses ne marchent pas toujours comme on voudrait.» Forte de son ascension fulgurante, elle explique: «Notre façon de définir les priorités est souvent déterminante pour la réussite de l’entreprise».

Avec un rythme professionnel aussi effréné que le sien, le temps libre que s’accorde Sunnie Groeneveld n’est-il pas trop court? «Je n’ai pas l’impression de renoncer à quoi que ce soit. Néanmoins, les limites entre mon travail et mes loisirs sont très souvent floues. Il n’est pas rare que de bonnes idées me viennent à l’esprit alors que je fais mon jogging. En plein match de basket avec mon associé, un mot sur un projet, et voilà que le ballon est hors du terrain», déclare, songeuse, la spécialiste des start-up et l’amatrice de sport. Elle trouve une certaine sérénité dans la lecture et l’écriture. Elle est très éclectique dans ses choix de livres, d’autre part, pour assouvir sa soif de connaissances et, d’autre part, pour chercher de l’inspiration auprès d’autres auteurs pour la rédaction de ses propres ouvrages.

Plus de femmes dans le paysage suisse des start-up

Certes, il y a de nombreuses femmes entrepreneurs en Suisse, mais elles manquent souvent de visibilité au goût de Sunnie Groeneveld. Elle résume: «J’aimerais vraiment qu’un plus grand nombre de femmes chefs d’entreprise aient un engagement plus visible en Suisse. On ne croise pratiquement que des hommes dans les manifestations liées aux start-up et aux conférences. Les femmes mériteraient tout autant de présenter leurs idées et leur start-up.» Sunnie Groeneveld fait régulièrement des interventions publiques: «Naturellement, on s’expose lorsque l’on est sur le devant de la scène et que l’on parle de sa vision. Mais c’est ce que j’aimerais recommander aux autres femmes actives dans le milieu des start-up.»

Sunnie Groeneveld est fascinée par la diversité des start-up inscrites à l’émission télévisée «Combat d’idées». Elle explique ce qui l’a poussée à participer à ce concours: «Sur le plan technique, les start-up fondées en Suisse sont au moins aussi performantes que celles de la Silicon Valley. Cela étant dit, elles ne bénéficient pas d’une aussi large visibilité en Suisse. C’est pourquoi je trouve formidable qu’AXA s’engage en lançant cette campagne et offre ainsi une plate-forme aux créatrices et aux créateurs d’entreprise suisses.»

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données