myAXA Login
Prévoyance

Qu’est-ce qui compte lors de l’entrée dans la vie active?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Avant, Muriel tenait le rôle de défenseur central au FCZ et dans l’équipe nationale suisse. Aujourd’hui, elle est passée à l’offensive dans sa vie professionnelle et travaille comme analyste d’entreprise pour une société internationale de conseil.

Calculez dès maintenant d’éventuelles lacunes de revenus grâce au calculateur de prévoyance.

5 questions pour une entrée réussie dans la vie active

Muriel trouve l’idée de la prévoyance «sympa», sans plus. Elle préfère économiser pour son master et pour voyager au lieu de placer de l’argent dans le 3e pilier.

Je comprends qu’elle ait ses priorités, mais je me demande tout de même si elle ne pense pas trop à court terme. Quel est le bon moment pour penser à l’avenir?

Beat Lang, responsable de l’agence générale Prévoyance & Patrimoine à Zurich Nord d’AXA Winterthur, dans notre interview avec Verena Kosheen

Quel est le bon moment pour penser à sa prévoyance?
Le moment idéal se situe après l’apprentissage ou les études, donc entre 18 et 25 ans. Dès le premier salaire, avec un budget bien pensé, il est possible de commencer à épargner par petites mensualités pour ainsi se constituer, petit à petit, un capital important jusqu’à la retraite. On a tout aussi vite fait de dépenser 100 francs que de les mettre de côté. Ce n’est pas une somme si importante pour de jeunes gens.

Qu’est-ce qu’un jeune qui entre dans la vie active doit savoir?
Il est tout d’abord important de prendre les impôts en considération dans le budget. Car premier salaire et première déclaration d’impôts vont de pair, et il s’agit de mettre une partie de côté pour pouvoir les payer. A cela s’ajoutent toutes les dépenses importantes pour les vacances, une voiture, le loyer et, bien entendu, la prévoyance. En principe, le loyer ne devrait pas dépasser un tiers du revenu.

Comment avez-vous dépensé votre premier salaire à l’époque?
Pour les vacances! Je suis parti en week-end avec des amis. Ensuite, j’ai commencé à épargner. Comme mon père était lui-même dans le secteur des assurances, il m’a très rapidement conseillé de m’occuper de ma prévoyance. Et c’est ce que j’ai fait à 20 ans. Aujourd’hui, je suis très content d’avoir pris cette décision.

Quitter le foyer familial, c’est faire le grand pas vers l’indépendance mais aussi devoir assumer ses responsabilités. Quelles sont les premières mesures à prendre en matière d’assurance et de prévoyance pour bien démarrer cette nouvelle étape de l’existence?
Quitter le nid et prendre son envol, voilà une aventure exaltante! Il est d’autant plus important d’être bien assuré pour entreprendre ce périple.
Si certaines assurances des parents couvrent encore en partie les enfants qui quittent le foyer familial, il est recommandé de faire appel à un expert pour analyser l’ensemble des assurances et les compléter le cas échéant. Je parle ici des six couvertures principales: la caisse-maladie, la prévoyance, l’assurance automobile, l’assurance de voyages, l’assurance de l’inventaire du ménage et l’assurance de la responsabilité civile privée.
Bien entendu, le budget joue un rôle important. Il est donc judicieux de savoir quelle partie du salaire est retranchée d’office et comment bien répartir le reste. Cela évite aux jeunes actifs d’avoir de mauvaises surprises à la fin du mois.

Quel conseil donneriez-vous à Muriel?

De nombreux jeunes ont du mal à se projeter dans l’avenir et doutent parfois que le monde tournera encore dans vingt ans. Pour beaucoup d’entre eux, la prévoyance est un sujet qui ne les concerne pas encore. En tant que conseiller, je leur montre leur situation actuelle en matière d’assurance dans la perspective des trois piliers et j’essaie de connaître leur sentiment à cet égard. Bien entendu, je comprends qu’entre son bachelor, son master et ses loisirs, Muriel ne dispose plus de beaucoup d’argent à investir dans sa prévoyance. Néanmoins, un investissement de 100 francs par mois serait déjà suffisant. Ce montant ne doit pas être impérativement alloué à une assurance vieillesse, mais peut aussi venir alimenter un capital AI, une assurance en cas d’incapacité de gain ou une couverture décès.

En savoir plus sur la prévoyance:

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données